Abandonner les préjugés à propos des pratiquants chinois

Salutations !


Je souhaitais partager un peu à propos de me débarrasser de mes notions et jugements envers les compagnons de pratique chinois, et mieux répondre aux exigences du seul corps afin que nous puissions mieux sauver les êtres.


J’ai obtenu le Fa en 2008 à Boston où je vis. À l’époque mon cousin m’a présenté la pratique et comme il n’allait pas beaucoup au groupe d’étude du Fa, j’ignorais ni ne comprenais l’importance de l’étude de Fa de groupe aux débuts de ma cultivation. J’y allais quelques fois, mais principalement parce que c’était loin, j’étudiais et faisais les exercices à la maison. Je ne partageais guère avec les compagnons de pratique et bien que je sois allé voir Shen Yun et ai participé un peu à la promotion du spectacle ces premières années, je n’ai jamais été vraiment connecté au groupe. En conséquence, deux ans plus tard je ne pratiquais pas réellement et m'en étais même éloigné.


Ce n’est que lorsque j’ai déménagé à Hawaii en 2011 que j’ai vraiment recommencé à être un pratiquant diligent. A Hawaï il n’y avait pas beaucoup de pratiquants en général et à l’époque il n’y avait qu’une poignée de pratiquants occidentaux. Le Maître m’a vraiment donné une opportunité de tant faire pour rattraper le temps que j’avais perdu, et j’ai été profondément impliqué dans Shen Yun et dans la clarification des faits dès que je suis arrivé. L’étude du Fa à Hawaï a changé pendant les années où j’y étais. Quelque fois les pratiquants de langue anglaise étudiaient dans une pièce séparée puis nous nous réunissions pour partager, d’autres fois nous étudions tous ensemble. Au cours des années, un pratiquant occidental est parti vivre ailleurs, un autre a cessé de venir et a déménagé, et un ancien pratiquant est décédé. Suite à cela j’étais devenu le seul pratiquant occidental.


A l’époque lorsque j’allais aux groupes d’étude chaque semaine, je ne pouvais pas le détecter mais des notions s’étaient formées et se formaient dans mon esprit à propos des compagnons de pratique. Le groupe ne partageait pas beaucoup et lorsqu’ils partageaient je sentais que leurs partages n’était pas très profonds et trouvais difficile de "bénéficier "de l’étude en groupe de la façon que je pensais le devoir, ce qui était en réalité une profonde notion égoïste qui m’a suivi à New York.


Lorsque je suis allé à New York, c’était la première fois que j’étais entouré d’autant de pratiquants occidentaux et j’étais vraiment heureux. J’y suis allé en septembre et une des premières études de Fa à laquelle j’ai assisté était l’étude de Epoch Times anglais (EET). Bien que je ne travaille pas pour EET aller à cette étude de Fa a été vraiment émouvant pour moi. Je n’avais jamais été entouré d’autant de pratiquants occidentaux et tous partageaient et parlaient comme moi et c’était vraiment un environnement confortable pour moi pendant quelques mois, et à ce moment, pendant les quelques mois où l’étude allait de pair avec une étude du Fa quotidienne avec les pratiquants avec lesquels j’habitais, l’étude de Fa de Brooklyn m’a amené à penser que j'étais devenu partie intégrante du seul corps de New York.


Je me rendais aussi à la grande étude du Fa à Manhattan, mais n’allais pas à Flushing. Mes pensées initiales concernant Flushing étaient que peu d’occidentaux y allaient et que c’était très loin pour moi qui me trouvais à deux heures de distance pour chacun des trajets, et j’entendais dire que la traduction n’était pas très bonne, alors comment pouvais-je bénéficier d’aller là-bas ? Ne serait-ce pas la même chose d’aller à EET ou juste de continuer à aller à l’étude locale à Brooklyn ? Mais je me sentais mal à l’aise à ce sujet j’ai donc décidé de m’asseoir et de laisser tomber honnêtement mes notions et me demander ce qui m’empêchait de vouloir rejoindre le corps uni réel des pratiquants étudiant le Fa où qu’ils puissent être.


Lorsque je me suis assis et que j’ai commencé à parcourir les " raisons dans ma tête " pour lesquelles je ne pouvais pas aller à l’étude de Fa de Flushing, c’était que c’était trop loin avec deux heures pour chacun des trajets. Puis j’ai pensé que ce n’était pas une pensée véritable et que la distance et le temps du trajet ne devraient pas être un obstacle et j’ai continué à approfondir. En réfléchissant et réfléchissant, je n’arrivais pas à trouver de bonne raison basée sur le Fa de ne pas y aller, essentiellement, c’était parce que je n’y donnais pas la première priorité. Si pour moi l’étude du Fa et le fait de me joindre au seul corps était vraiment ma première priorité alors qu’est-ce qui pouvait m’empêcher d’y aller ? Une fois que j’ai eu cette pensée j’ai entendu le Fa du Maître de la leçon 1 de Zhuan Falun La cultivation et la pratique ne nécessitent aucune condition préalable – si vous voulez cultiver et pratiquer, alors cultivez et pratiquez. J’ai senti une soudaine explosion d’éclaircissement. Avais-je voulu changer les autres afin que je puisse moi-même répondre aux exigences du Maître ? Comment cela pourrait-il être approprié ? Alors je me suis assis honnêtement et me suis demandé s’il y avait 100 pratiquants occidentaux étudiant le Fa à Flushing chaque vendredi, irais-je, et j’ai vu que je le mettrais encore et encore en question. Donc, je devais creuser plus profond et trouver davantage d’attachements qui m’empêchaient de me joindre au seul corps.


En regardant plus profondément, j’ai pu voir certaines notions dont j’avais commencé à me débarrasser en cultivant lorsque j’avais déménagé à New York. Sitôt que j’y suis arrivé et ai commencé à travailler, j’ai eu un gros conflit de xinxing avec un mes collègues chinois. Nous nous sommes disputés sur comment faire une chose particulière, moi pensant qu’elle devait être faite à la stricte façon des affaires occidentales, et ne comprenant pas la façon plus libre de faire, à savoir que je voulais connaître absolument chaque détail et que les choses soient expliquées et ébauchées en détail, ce qui n’était pas possible à ce moment-là.


J’ai vraiment regardé en moi-même après ce conflit et j’ai vu un énorme attachement qui me faisait considérer les pratiquants chinois d’un point de vue très dur. J’amplifiais leurs choses communistes et l’utilisais comme excuse pour ne pas écouter la plupart de ce qu’ils disaient à un niveau profond. Ayant grandi en occident nous avons des façons strictes de juger les choses et comme dans cette vie j’ai peu de connections avec la culture classique chinoise il m’était difficile de voir les façons chinoises de faire les choses, plus sages et meilleures, et plus en prise avec la réalité, et qui étaient de loin plus harmonieuses et meilleures que mes façons occidentales, parce que je ne pouvais pas dépasser les insuffisances de mes compagnons de pratique chinois. Après quoi j’ai vraiment commencé à cultiver ces choses pour m’en débarrasser et j’ai senti que je coopérais à désormais mieux et pouvais apprendre des pratiquants chinois.


Mais lorsque je me suis éveillé au fait que ce même attachement que j’avais commencé à enlever était aussi celui qui me faisait ne pas aller à l’étude du Fa de groupe à Flushing, j’ai été vraiment alarmé. Je n’avais pas apprécié et chéri mes compagnons de pratique. Je n’avais pas suffisamment de compassion, de gentillesse, et de tolérance. Est-ce que je demandais aux autres de cultiver, ou est-ce que je cultivais moi-même ? En en prenant conscience, j’ai réalisé que je devais aller à l’étude du Fa à Flushing.


Aller à l’étude du Fa a été vraiment émouvant pour moi. J’ai pu voir les efforts que faisaient les pratiquants récemment arrivés de Chine continentale pour s’assimiler à la société occidentale, pour répondre aux exigences du Maître et sauver les êtres. J’ai vraiment eu envie de pleurer, comment pouvais-je ne pas accueillir tous mes compagnons de pratique avec des pensées droites et une gentillesse aimante.


Après avoir réalisé cela, j’ai beaucoup pensé à comment la perversité avait renforcé ces notions dans ma tête au cours des années. Je me suis aussi éveillé au fait que les forces anciennes ont des plans de bataille de base qu’elles utilisent pour faire obstacle à la force des pratiquants. Une tactique que je les ai vues utiliser sur les pratiquants individuels est de les diviser et les isoler du groupe puis de forcer en eux de mauvaises notions à propos des autres pour les tenir à l’écart du seul corps. J’ai vu que c’était un des cas qui avait permis qu’un compagnon de pratique décède.


Après avoir réfléchi à cela j’ai réalisé que cela peut aussi fonctionner avec des groupes de gens et que si moi-même en tant qu’occidental, je crée des failles et une distance, et des différences entre moi-même et les compagnons de pratique chinois, comment pouvons-nous nous améliorer comme un seul corps ? Et est-ce que devenir un seul corps et étudier le Fa ensemble n’est qu’une simple formalité ? Je ne le pense pas, je pense que c’est directement lié au fait de bien pouvoir sauver les êtres.


Ce que nous voyons à la surface n’est en réalité pas comment cela se manifeste. Par exemple pour les représentations de Janvier. Je me suis demandé pourquoi les ventes stagnaient quelque peu, étant dans l’équipe de promotion nous sommes régulièrement informés de la progression. Et je me suis demandé pourquoi en dépit des campagnes publicitaires la vente des billets n’était pas montée en flèche ces jours-là, mais s’élevait apparemment certains jours au hasard, et j’ai réalisé que cela dépendait en réalité que nous cultivions bien ensemble ou non. Quelle est ma part dans cela ? N’est-ce pas de venir et de me joindre au seul corps sans pensées égoïstes quoiqu’il en soit ? Même s’il n’y a qu’un seul mot de traduit, juste être assis parmi mes compagnons de pratique et être heureux, ne sont-ce pas là les exigences du Maître envers moi ? Et si le fait de venir au groupe d’étude du Fa pouvait ouvrir le champ permettant de vendre un billet de plus pour Shen Yun, le ferais-je ? Absolument, c’est UN être et un univers qui sont sauvés.


Ces choses sont juste ma compréhension à mon niveau limité, veuillez indiquer si quoique ce soit vous semble inapproprié ? J’espère qu’en allant de l’avant je pourrais continuer à avoir davantage de compassion de tolérance et de pensées droites envers tous mes compagnons de pratique, et mieux faire pour enlever mes choses négatives, afin que nous puissions vraiment nous unir comme un seul corps pour répondre aux exigences du Maître et sauver davantage d’êtres. Merci !


Version chinoise :
放下对华人同修的偏见 更好的形成整体

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.