Le public de Stockholm touché par le documentaire "Lettre de Masanjia".

Lettre de Masanjia, un documentaire sur la persécution des pratiquants de Falun Gong dans les camps de travaux forcés du Parti communiste chinois (PCC), a été projeté au cinéma Blackeberg à Stockholm les 9 et 12 mars 2019. Le documentaire explique comment une Américaine a trouvé un note SOS dans une décoration d'Halloween qu'elle avait achetée.


L'histoire derrière cette note est l'expérience vécue par M. Sun Yi, un pratiquant de Falun Gong qui a été emprisonné et torturé pour sa croyance en Sincérité, Bonté, Tolérance,.


 
Affiche du documentaire au cinéma Blackeberg, Stockholm

.

Après la projection, quatre pratiquants locaux de Falun Gong ont partagé leurs expériences personnelles d'être persécutés en Chine et ont répondu aux questions du public.


Un membre d'Amnesty International a déclaré en larmes : " Je suis attristée et touchée par ce que j'ai vu dans le film. Je remercie les cinéastes de nous avoir dit la vérité. Tout le monde dans le monde devrait le regarder et découvrir ce qui se passe en Chine. C'est complètement inacceptable."


Elle a également exprimé sa reconnaissance aux pratiquants de Falun Gong sur place qui ont eu le courage de s'impliquer et de dénoncer la persécution du PCC.


Un habitant de la région, Marcus, a crié de son siège : "Que ferons-nous à la Chine ? Ces histoires sont tristes, mais merci de partager vos expériences. Vous devriez raconter vos histoires encore et encore dans les pays européens jusqu'à ce que les gens apprennent ce qui se passe en Chine. Nous ne pouvons pas permettre que ces crimes continuent. Ils doivent arrêter."


Marcus est ingénieur en architecture et militant des droits de l'homme. Il avait vu un documentaire sur le prélèvement d'organes du PCC et a dit qu'il sympathisait profondément avec les expériences des pratiquants du Falun Gong. Il a dit que le PCC était l'entité la plus vicieuse au monde.


Ric, journaliste indépendant, a déclaré qu'il suivait l'actualité des droits de l'homme et qu'il voulait savoir quels types de produits auraient pu être fabriqués dans les prisons et les camps de travail chinois. Après avoir vu le film, il s'est rendu compte que de nombreux produits étaient fabriqués dans ces endroits obscurs. Il a dit qu'il aimerait faire une émission de télévision pour informer plus de gens sur ce qui se passe en Chine sous le régime du PCC.


Les employés du cinéma et leur manager ont également été touchés par le film. Ils ont suggéré de projeter le documentaire dans plus de salles.


Version chinoise

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.