Lu Ban : Le grand maître de l'architecture et de l'artisanat

 
Représentation traditionnelle de Lu Ba


La civilisation chinoise n'est pas seulement l'une des plus anciennes civilisations du monde, c'est aussi la seule à s’être transmise sans interruption. Depuis les temps anciens, à travers les dynasties successives, en se réincarnant parmi les hommes les êtres divins ont continuellement transmis un riche héritage culturel au peuple chinois. Il y a un dicton populaire chinois qui dit : "Parmi trois cent soixante professions, si une profession n'a pas de fondateur, alors cette profession ne peut résister [à l'épreuve du temps]". Le fondateur de chaque profession était en fait la réincarnation d'un être divin qui, en entrant dans la société, a fondé directement ou indirectement cette profession. En Chine, la culture populaire a progressivement développé la notion que chaque profession vénère son fondateur et le considère comme un "dieu gardien".


Le cadre de vie du peuple chinois, y compris le mobilier, les bâtiments, la ville, etc., peut également être perçu comme un reflet direct de sa civilisation. La culture de l'architecture traditionnelle en Chine est riche et colorée, large et majestueuse. L'histoire de l'architecture civilisée de la Chine a été enseignée par plusieurs êtres divins dans les temps anciens, tels que Youcaoshi et Dayu, et on peut donc dire que l'architecture fait également partie de la culture semi-divine de la Chine. Parmi ces maîtres architecturaux, le plus célèbre est Lu Ban de la période des Printemps et Automnes. Son travail artisanal circule depuis des milliers d'années, ce qui lui vaut une grande estime. Les charpentiers, les tailleurs de pierre, les maçons, les bâtisseurs, l'industrie du bâtiment et les fabricants de meubles vénèrent tous Lu Ban comme le fondateur de leur profession. Selon un livre de la dynastie Tang intitulé Le Traité de Lu Ban les ouvriers de la construction se prosternaient devant Lu Ban avant de poser la poutre supérieure d'un bâtiment. Sous la dynastie Qing, chaque fois que le gouvernement commençait un grand projet de construction, ils offraient des cadeaux et vénéraient Lu Ban, priant pour que l'être divin bénisse leur projet. C'est encore une coutume à Taiwan aujourd'hui. Parmi les Chinois, toutes les professions liées à l'architecture ont vénéré Lu Ban comme leur fondateur.


 


"Maître Artisan"


Lu Ban est né dans l'état de Lu. Son vrai nom était Gongshu Ban, aussi connu sous le nom de Gongshu Zi. Son nom stylisé était Yizhi, mais on l'appelait plus communément Lu Ban. Il a été un ingénieur civil et un artisan exceptionnel dans l'histoire de la Chine et a été un fonctionnaire dans le département de génie civil.


Lu Ban est né dans l'après-midi du 7 mai 507 av. J.-C. Au moment de sa naissance, des grues se sont rassemblées et une fragrance exotique imprégnait la maison. Les gens en ont tous été surpris. C'était un signe favorable qu'un être divin était sur le point de se réincarner dans un corps humain. Quand il était jeune, il n'aimait ni lire ni écrire. Au lieu de cela, il s'intéressait beaucoup aux métiers d’art comme la sculpture. À l'âge de quinze ans, il s’est soudainement éveillé au but de sa vie et est parti étudier sous Duanmu. Après plusieurs mois d'études approfondies, il est parvenu à maîtriser le sujet. Lu Ban a cherché à influencer plusieurs États, leur demandant de respecter Zhou (une nation à l'époque), mais ces États ne l'ont pas écouté. Il s'est donc retiré de la société et a vécu reclus dans le sud du Mont Tai. Treize ans ont passé. Un jour, il est sorti et a rencontré Vieux Bao. Ils ont bavardé longtemps. Finalement, Lu Ban a pris Vieux Bao comme professeur et a étudié la sculpture et le dessin. Lu Ban voulait apporter une perspective complètement nouvelle à la culture chinoise. Lu Ban a étudié avec beaucoup de concentration, apprenant la menuiserie, la sculpture sur pierre, et d'autres compétences. Il a inventé de nombreux outils merveilleux et a enseigné à de nombreux étudiants.


Les livres de Hanfeizi, Huainanzi, Lun Heng, et Mozi ont tous enregistré que Lu Ban a fait un oiseau en bois. Après que Lu Ban l'eut mis en vol, l'oiseau est resté en l'air pendant trois jours. Dans le livre de Hongshu, il est dit que l'oiseau de bois pouvait porter un homme dans les airs pour espionner l'ennemi. Cette conception ingénieuse était le prélude des planeurs d'aujourd'hui.


Qui eut cru que cet oiseau de bois amènerait aussi Lu Ban à concevoir un immortel en bois ?


Selon le livre Le Traité de Lu Ban, Lu Ban a fait voler l'oiseau en bois vers l'état de Chu pour retrouver sa sœur. Le père de Lu Ban était tellement impatient de retrouver sa fille qu'il décida d'accompagner l'oiseau de bois sans le dire à Lu Ban. Comme le père de Lu Ban ne savait pas comment le piloter, l'oiseau de bois s'est écrasé dans l'État de Wu. Les gens de l'état de Wu voulaient prendre le père de Lu Ban en otage pour forcer Lu Ban à leur construire un oiseau en bois. Le père de Lu Ban a refusé de coopérer à leurs demandes et a été tué. Lu Ban conçut alors un immortel en bois pour venger la mort de son père. Le doigt de l'immortel en bois pointait vers l'état Wu. L'État de Wu a souffert de sécheresse pendant trois ans. Quand les gens de l'état de Wu s'en sont rendu compte, ils ont offert des cadeaux somptueux à Lu Ban et se sont excusés pour leurs méfaits. Le bienveillant Lu Ban leur a pardonné. Puis il coupa le doigt de l'immortel en bois et pratiqua des arts magiques. La pluie tomba immédiatement sur l'État de Wu.


Lu Ban a également fait un cheval de bois qui pouvait marcher automatiquement sur le sol. C'est la première forme "d'automobile" enregistrée. Pendant la période des Trois Royaumes, Zhuge Liang a utilisé les chevaux de bois de Lu Ban pour transporter la nourriture. Cependant, ces compétences ont été perdues par la suite.


Lu Ban s'est beaucoup occupé de sa famille, ce qui l'a inspiré à inventer plusieurs outils notables. Par exemple, lorsque Lu Ban a tracé pour la première fois une ligne en utilisant le modou (marqueur à encre de menuisier), il a demandé à sa mère de tenir l'autre extrémité de la ficelle. Puis ils ont fini le travail ensemble. Plus tard, Lu Ban ne voulait pas fatiguer sa mère en lui demandant toujours de l'aider, alors il a fait un crochet au bout de la ficelle pour que sa mère n'ait plus besoin de le tenir. Pour commémorer la piété filiale de Lu Ban, ses successeurs ont baptisé le crochet ban mu ou mu gou (mu signifie "mère" en chinois). Un autre exemple est que lorsque Lu Ban a raboté des morceaux de bois pour la première fois, il a demandé à sa femme de tenir l'autre extrémité du bois pour qu'il ne glisse pas du banc. Afin de permettre à sa femme de s'occuper de ses travaux ménagers, il a cloué un petit morceau de bois sur le banc pour empêcher le bois d'avancer. Ainsi, les successeurs ont nommé ce dispositive ban qi (qi est un mot chinois pour "épouse").


Lu Ban a également créé de nombreux outils de menuiserie pour le peuple chinois, tels que le crochet de forage, le moulin en pierre, la pelle, les séparateurs, le mudou, et la règle. Il a été dit que Lu Ban a inventé la scie après que son doigt ait été coupé par un brin d'herbe. Lu Ban a également fabriqué l'échelle des nuages et les neuf instruments utilisés à la guerre. Il a également réalisé la première carte topographique tridimensionnelle, Jiu Zhou Tu, qui a été très respectée par les empereurs chinois dans l'histoire. Grâce à ses inventions, Lu Ban a apporté de grands bénéfices au peuple.


Cependant, la plus grande contribution de Lu Ban n'est pas qu'il a excellé dans la création de ces outils, compétences et dispositifs mécaniques. Plus important encore, Lu Ban a préconisé de suivre le Tao. Lu Ban a dit : "Le ciel et la terre n'ont pas besoin de la boussole ou de la planche d'angle pour faire un cercle ou un carré. Mais quand il s'agit du monde humain, les gens ont besoin de la boussole pour dessiner des cercles et de la planche d'angle pour dessiner des carrés. L'univers et ses œuvres sont déjà dans le Tao, mais les êtres humains s'éloignent du Tao. L'être humain a donc besoin de la boussole et de la planche d'angle pour faire le cercle et l'équerre." Nous pouvons ainsi voir que lorsque Lu Ban a transmis ses compétences, il a également estimé qu'il n'avait pas le choix. Les gens ont besoin d'outils parce qu'ils sont loin du Tao. Bien sûr, grâce à l'enseignement de ces outils, ce que Lu Ban a enseigné a aidé les gens à revenir à la norme d’un être humain.


Si Lu Ban n'avait pas fabriqué ces outils ou dispositifs, et si ses successeurs n'avaient pas eu la même pensée claire que Lu Ban, alors les compétences de Lu Ban auraient pu être perdues. C'est pourquoi Lu Ban a dû inventer ces outils d'artisan pour qu'ils puissent être transmis de génération en génération.


Dans la quarantaine, Lu Ban est retourné vivre dans les montagnes où il a rencontré un être divin. L'être divin lui a enseigné quelques secrets. Plus tard, Lu Ban a voyagé dans le monde entier. Enfin, à l'âge de soixante-dix ans, il a lévité en plein jour. Sa hache et sa scie ont été laissées sur le rocher du Cerf Blanc. On peut encore voir ces reliques anciennes. Le livreLe Traité de Lu Ban est le seul livre transmis aux générations actuelles qui a enregistré les maisons, les meubles, l'agriculture et l'artisanat de l'époque de Lu Ban. Initialement, le livre a circulé par le bouche à oreille parmi les artisans sous la forme de formules concises. Sous la dynastie Ming, le livre a finalement été mis par écrit. Comme les charpentes des maisons anciennes étaient en bois, le livre enregistrait beaucoup de techniques de menuiserie. Il comprenait également des éléments liés au feng shui et aux figures magiques taoïstes, qui manifestent la pensée chinoise chinoise selon laquelle la nature et l'homme doivent être en harmonie.


A travers les âges, les artisans ont hérité des enseignements de Lu Ban. Au début de la formation des apprentis, il a fait valoir que la chose la plus importante n'était pas d'apprendre à utiliser les outils, mais plutôt d'apprendre les normes morales et à se conduire de façon à être droit, à être bon avec les autres et à être strict avec soi-même. De plus on devrait apprendre à se concentrer, apprendre à cultiver son esprit, à harmoniser son esprit avec le coeur. Ces exigences pour le cœur et l'esprit aideraient à atteindre un état d'esprit propre et pur. Avec un tel état d'esprit, en travaillant sur un projet, on peut s'oublier soi-même et se concentrer sur le travail, en intégrant le travail avec le Tao. Sous ces principes directeurs, à travers les âges, de nombreux artisans célèbres ont vu le jour.


Par exemple, un artisan qui a vécu pendant le 2ème siècle av. J.C. était le disciple de Lu Ban. Il a fondé l'industrie de la maçonnerie et a inventé les outils de maçonnerie et les a enseignés aux gens. On l'appelait respectueusement le "Divin Maître du Lotus", ainsi que le "Divin Maître des Lignes". Selon la légende, le Divin Maître Lotus était l'incarnation d'un être divin. Au début, il a enseigné aux gens à fabriquer des tuiles pour construire des maisons. Puis, de plus en plus de gens sont venus apprendre de lui. Après avoir constaté que ses compétences étaient bien au-dessus de la moyenne, ils lui ont demandé de les prendre formellement comme disciples. Le Divin Maître Lotus a dit : "Si vous voulez que je sois votre maître, suivez-moi." Puis il a a sauté dans le four en feu et s'est envolé comme un immortel. Après cela, les gens ont réalisé qu'il était un être divin. En raison des enseignements du Divin Maître Lotus, dans l'histoire chinoise, la dynastie Qin et la dynastie Han ont été bien connues pour leurs briques et leurs tuiles.


Les empereurs à travers les dynasties de la civilisation chinoise ont accordé de nombreux titres à Lu Ban. Par exemple, sous la dynastie Ming, plus de dix mille personnes ont construit le Hall du Dragon de Pékin, un énorme projet qui ne pouvait être réalisé que sous la direction de Lu Ban. Le peuple de l'époque construisit un temple pour faire des offrandes à Lu Ban. L'inscription horizontale sur le panneau du temple était "Porte Lu Ban". L'empereur de l'époque a accordé à Lu Ban le titre de "noble pour aider le pays". Les gens utilisaient le Tai Lao pour tenir la cérémonie commémorative de Lu Ban deux fois par an. Tai Lao voulait dire qu'ils utilisaient une vache, une chèvre et un cochon entiers pour la cérémonie. C'était une cérémonie aussi grandiose que celle qui avait eu lieu pour Confucius. La construction du temple de Lu Ban avait deux objectifs. L'une des raisons était de remercier Lu Ban, et l'autre était que lorsque les artisans avaient des questions dans leur travail, ils pouvaient aller au temple pour demander conseil à Lu Ban.


Lu Ban a influencé la vie de chaque homme, et ses outils sont encore utilisés aujourd'hui. Dans les dynasties qui suivirent l'époque de Lu Ban, les villes, les bâtiments, les portes et les fenêtres étaient tous "ordonnés". Lu Ban nous a aidés à vivre confortablement et en toute sécurité. De plus, il s'est servi de cet environnement résidentiel pour transmettre les normes et les modes de conduite au peuple chinois. Cela a contribué à maintenir le niveau moral de la nation chinoise pendant cinq mille ans.


Aujourd'hui, les responsables du Parti communiste chinois poursuivent des projets de construction et d'urbanisme bizarres. Cela reflète le chaos social de la Chine moderne. Innover, ce n'est pas abandonner les principes de son métier. Ce n'est qu'en revenant aux principes que nous ont laissés les êtres divins que notre société pourra vivre en paix, en harmonie et en prospérité.


Référence : Le livre de Wu Rong : Le Traité de Lu Ban (Dynastie Ming)


Version chinoise : http://www.zhengjian.org/node/54955

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.