Mon point de vue sur certains des arrangements historiques

Dans la civilisation du genre humain, il y a eu de nombreuses séries d’événements survenues "par hasard". Même lorsque les gens ordinaires les appelle "coïncidences", beaucoup d'entre elles ne s'expliquent pas si facilement. En tant que pratiquants, nous savons tous que l'histoire de l'humanité a été méticuleusement et systématiquement arrangée et qu'elle est entièrement pour le Fa. Il y a un aspect positif à cela, comme permettre aux gens d'aujourd'hui de comprendre la cultivation dans le bouddhisme, le taoïsme et d'avoir une croyance dans les dieux. Il y a aussi un aspect négatif, comme l'inclusion de nombreux facteurs négatifs qui sont destinés à "tester" Dafa. Si nous utilisons Dafa comme thème central, nous pourrons peut-être comprendre pourquoi certaines choses se sont produites dans l'histoire de l'humanité. Voici mon point de vue personnel sur certains des arrangements historiques. S'il y a quoi que ce soit d'inapproprié, je demande respectueusement des corrections.


1. Les croyances en Bouddha et le Tao en Chine

Il avait été convenu depuis longtemps que la Chine serait la scène principale dans la propagation de Dafa. Pour cette raison, il y a eu des pratiques de cultivation bouddhistes et taoïstes tout au long de l'histoire de la Chine, et ces pratiques ont été très populaires. Ce n'est qu'ainsi que les gens pourraient avoir une compréhension profonde du "Tao". Cela est très différent de l'Occident où la pratique de la cultivation taoïste est à peine connue. Par conséquent, dès le début de l'histoire de la Chine, le taoïsme a fait partie de la culture, une culture qui a commencé sous le règne de Huangdi (l'Empereur jaune). À cette époque, le "taoïsme" n'était pas une religion, mais il était évident que toute la population pratiquait le "Tao".


Plus tard, il y eut des conflits entre le bouddhisme et le taoïsme. Pendant la période Huichang (841 - 847 ap. J.C.) dans la dynastie Tang, le taoïsme a été fortement promu et le bouddhisme persécuté. Cela pourrait avoir quelque chose à voir avec l'émergence de la religion taoïste mentionnée par le Maître dans "Enseignement de Fa au séminaire sur la musique et les beaux-arts".


2. Quelques coïncidences temporelles dans l'histoire

Comme la moralité humaine a dégénéré au cours de la période des Printemps et Automnes (770-476 av. J.-C.) en Chine, il était courant pour ceux "qui obtenaient le grand Dao de se cacher de la société" afin de ne pas être contaminés. Il semblait que les hommes s'étaient éloignés de plus en plus du grand Dao. À cette même époque, plusieurs individus qui ont grandement influencé la race humaine sont venus sur terre à peu près au même moment. Il s'agit de Lao Zi et Confucius en Chine, de Sakyamuni en Inde et de Socrate dans la Grèce antique.


La civilisation en Orient et en Occident était complètement différente. Mais comme la Chine était la scène principale pour la propagation de la Dafa, la civilisation grecque a été retenue après avoir atteint un sommet. L'élève le plus célèbre de Socrate était Platon, et l'élève le plus célèbre de Platon était Aristote. Socrate, Platon et Aristote devinrent les trois grands fondateurs de la civilisation occidentale. Mais Aristote a en fait pris un chemin très différent de Socrate dans son approche de l'exploration du monde. Aristote accordait de l'importance à la logique, à l'observation et à l'expérimentation. Cela est devenu le fondement de la science occidentale moderne. Mais la science occidentale moderne a pris une très mauvaise voie, ce que je n’entends pas aborder pour le moment.


Le but de l'apparition du bouddhisme en Inde était de préparer sa propagation en Orient. Deux cents ans après le décès de Sakyamuni, le roi Ayi établit la monarchie la plus puissante de l'Inde, la Dynastie des Paons. Ce fut le début de la propagation du bouddhisme dans le monde. Au cours de cette période, des fonctionnaires de la cour royale indienne se sont rendus en Chine. La Chine était alors sous le règne de l'empereur Qin (221 - 207 av. J.-C.). Durant cette période, le bouddhisme n'a pas pris pied en Chine. Mais dès lors, l'Inde a poursuivi ses efforts pour étendre le bouddhisme à d'autres pays.


Au début de la dynastie Han orientale (25-220 ap. J.-C.), il était temps pour la culture bouddhiste de prendre pied en Chine. L'empereur Hanming (58 - 76 ap. J.-C.) eut un rêve lucide où il vit une silhouette dorée dont la tête émettait une lumière brillante qui volait haut au-dessus de la cour du palais. Le lendemain, l'Empereur réunit ses ministres pour analyser le rêve. Un ministre a présenté son analyse en ces termes : "Il y a un dieu en Occident connu sous le nom de Bouddha. C'est exactement comme celui dont tu as rêvé." L'Empereur envoya aussitôt son émissaire à l'Ouest pour obtenir les Sutras. En Afghanistan, l'émissaire a rencontré par hasard deux moines éminents qui se rendaient en Orient pour propager le bouddhisme. L'émissaire utilisa des chevaux blancs pour transporter les Soutras jusqu'à la capitale Luoyang. L'Empereur construisit un temple en l'honneur des deux moines éminents et l'appela le "Temple du Cheval Blanc". Ce fut le début de l'expansion du bouddhisme en Chine.


Pendant ce temps, le bouddhisme devait encore exister en Inde. Le bouddhisme ne s'est pas propagé à grande échelle en Chine avant les dynasties du Nord et du Sud (420-589 ap. J.-C.) et les dynasties Sui (581-618 ap. J.-C.) et Tang (618-905 ap. J.-C.). Une fois que le bouddhisme a atteint son apogée en Chine, le bouddhisme a achevé sa mission en Inde. Du milieu de la période de la dynastie Tang à la fin de la dynastie Tang, au début du VIIIe siècle après J.-C., le bouddhisme a progressivement cédé la place à l'hindouisme et a finalement disparu en Inde.


3. L'Ascension de la culture chinoise

Afin de favoriser la culture chinoise, il ne pouvait y avoir deux centres dans le monde se disputant la domination. À cause de cela, alors que la culture et la science en Chine étaient en voie d'ascension, la culture occidentale a été fortement restreinte. Alexandre le Grand, un élève d'Aristote, a rassemblé les produits des civilisations les plus avancées d'Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d'Europe, y compris de la Grèce antique, l'Égypte ancienne, la Perse ancienne, l'ancienne nation hébraïque et la Babylone ancienne, et a construit la Bibliothèque et un musée connus comme le temple des Muses en Égypte dans la ville d'Alexandrie. Mais il a été incendié par César vers 47 av. J.-C et a décliné par la suite. Le Moyen-Âge suivit bientôt. L'Église et l'État se sont étroitement imbriqués et ont étroitement contrôlé l'esprit des gens.


À cette époque, la Chine est naturellement devenue le centre éducatif de ses nations périphériques. L'Amérique du Nord n'avait pas encore été découverte. La Chine était la civilisation étincelante parmi les continents européen, asiatique et africain. Au début de la dynastie Han (206 av. J.-C. - 220 ap. J.-C.), l'empereur Hanwu (140 - 86 av. J.-C.) envoya Zhang Qian explorer l'Ouest. Après avoir traversé d'immenses tribulations, il s'est rendu à Xinjaing, au Moyen-Orient et enfin à Rome. Il apparaît à présent que le but de sa mission était de faire connaître la Chine et la civilisation chinoise aux gens du monde connu à l'époque. Plus tard, la flotte de l'amiral Zheng He a traversé plusieurs océans importants. C'était encore une autre forme d'exportation de la culture chinoise. En même temps, de nombreux pays ont établi des relations prédestinées avec la Chine par le biais de ces échanges.


Alors que la culture chinoise continuait à se développer, elle a atteint son apogée sous la dynastie Tang, avec le confucianisme, le bouddhisme et le taoïsme étant les trois religions qui ont également atteint l’apogée de leur éclat. La société chinoise a été en avance sur le reste du monde pendant plusieurs centaines d'années. Afin d'ouvrir la voie à l'émergence du Parti communiste qui pourrait alors être utilisé pour tester Dafa, les anciennes forces ont alors pris des dispositions pour réprimer la culture chinoise et promouvoir la culture occidentale.


4. La Renaissance de la culture occidentale

Après la dynastie Tang, la Chine est passée par les Cinq et les Dix Dynasties (907 - 1234 après J.-C.) et a finalement été unifiée par la dynastie Song (960 - 1278 après J.-C.). Quand la dynastie Song a commencé, les enseignements de Cheng et Zhu sont apparus. C'était une philosophie fondée par deux frères Cheng Hao et Cheng Yi pendant la période des Song du Nord et complétée par Zhu Xi pendant la période des Song du Sud. Je pense que cet enseignement est très différent de celui de Confucius et qu'il est un précurseur de la dégringolade de la culture chinoise.


Juste alors que la culture chinoise commençait à glisser vers le bas, l'Empire ottoman s’élevait en Turquie vers le XIIIe siècle après J.-C. et a envahi Rome. Beaucoup d'intellectuels y prirent une grande quantité d'œuvres d'art, de littérature, d'histoire et de philosophie grecques et romaines anciennes et s'enfuirent vers les pays d'Europe occidentale. Cela a permis aux habitants de ces pays de comprendre l'éclat de la culture de la Grèce antique. Florence devint bientôt le centre où la culture de la Grèce antique et de Rome fut restaurée et développée. C’est ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de Renaissance.


Le "Mouvement de la Renaissance" a marqué le début de la reprise et de l'épanouissement de la science et de la culture occidentales. Au même moment, la culture chinoise déclinait rapidement. C'était très semblable à ce qui s'était passé pendant la vie de Lao Zi, sauf qu'il y avait un renversement complet des rôles - la Chine était maintenant dans une phase de déclin et l'Occident dans une phase d’ascension. La Chine est passée par les dynasties Yuan (1206-1341 après JC) et Ming (1368-1628 après JC). Les Mongols qui ont fondé la dynastie Yuan n'étaient pas assimilés par le peuple chinois Han et ne connaissaient pas grand chose de la culture chinoise. Sous leur domination, la culture chinoise déclina rapidement.


Pendant la dynastie Ming, la cour royale a mis en place un système selon lequel les fonctionnaires étaient sélectionnés aux examens de la fonction publique en fonction de leur capacité à rédiger un essai à huit pattes (ba gu wen), un essai de huit parties écrit sur un thème confucéen. L'essai était censé tester jusqu’où l’étudiant peut "parler au nom du Sage". C’était ridicule. Comment qui que ce soit pouvait-il savoir ce que Confucius aurait dit, et avec quelle qualification une personne pouvait-elle représenter Confucius ?


Le système d'essai en huit parties imposait aux intellectuels chinois un degré élevé de restrictions sur ce qu'ils pouvaient et ne pouvaient pas dire. Il a également stoppé l'avancement de la science en Chine.


Les contributions de la Chine à la science ont essentiellement cessé pendant la dynastie Song. Ce n'était pas parce que la culture chinoise n'allait plus bien. C'était parce que le peuple chinois s'était éloigné de la culture chinoise. Les gens ont oublié l'esprit de la science dans la Chine antique, qui était basée sur une compréhension macroscopique du ciel et de la terre, ainsi que sur l'éducation et la tolérance des différentes écoles de pensée. C'était clairement une mesure prise par les anciennes forces pour restreindre la culture chinoise.


Les restrictions imposées à la culture et à la science chinoises visaient à permettre aux forces occidentales de pénétrer en Chine avec leur puissance militaire, ce qui a à son tour ouvert la voie à l'introduction de l'idéologie communiste du Marx en Chine.


5. Préservation de la culture traditionnelle chinoise

Il est nécessaire de mentionner qu'après la dynastie Song, la Chine a toujours mis l'accent sur l'enregistrement de son histoire. Même si la culture chinoise était sur le déclin, chaque cour impériale consacrait quantité de ressources à rassembler l'essentiel des œuvres des générations précédentes. Les plus éminents savants de l'époque ont été chargés de la compilation des livres de la civilisation chinoise. Sous la dynastie Song, le livre Taiping Yula a été compilé, sous la dynastie Ming Yongle Daqu a été compilé et sous la dynastie Qing, le Siku Quansh a été compilé. Ces œuvres avaient pour but de préserver le plus longtemps possible la véritable culture traditionnelle chinoise afin que les Chinois n'oublient pas leur culture divine qui s'était accumulée au cours des quelques derniers milliers d’années.


Version chinoise : http://www.zhengjian.org/node/30416

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.