Le long bras de censure de l’art du régime chinois

Le 3 décembre 2019

Sans préavis, les danseurs de Shen Yun , sur le point de se produire pour la première fois en Moldavie, un pays de l'Europe de l'Est, se sont retrouvés bloqués devant les portes du Théâtre national de l'opéra et du ballet le 23 mai 2010.


"Ils ne veulent pas nous parler. Ils ne nous laisseront pas entrer ", a déclaré Leeshai Lemish, un présentateur de la compagnie des arts de la scène.


La directrice du théâtre s'est présentée au bout de quelques minutes pour dire aux danseuses qu'elle obéissait "à des ordres" et que le spectacle était annulé.


"Et nous nous retrouvons coincés ici", a déclaré Lemish.


L'organisation hôte tient une conférence de presse improvisée avec les artistes de Shen Yun à l'arrière-plan sur les marches du théâtre. (Photo Annie Li)


La billetterie a refusé de rembourser leurs billets au public après que le spectacle de Shen Yun ait été soudainement annulé par le théâtre et les interprètes bloqués à l'extérieur. (Photo Annie Li)


Il a appris plus tard par un responsable de la mairie que le ministère de la Culture de la Moldavie et le directeur du théâtre avaient subi des pressions de la part de l'ambassade locale de Chine pour qu’ils annulent le spectacle.


Tous deux ont nié avoir été contactés par l'ambassade de Chine.


Mais lors d'une conférence de presse tenue le 27 mai 2010, le vice-ministre du ministère des Affaires étrangères a déclaré que le spectacle pourrait nuire aux relations diplomatiques entre la Moldavie et la Chine.


Lemish a également appris plus tard que la Moldavie, l'ancien État membre de l'Union soviétique, s'était vu promettre un prêt d'un milliard de dollars par la Chine, peu de temps avant que la représentation ne soit programmée.


"Il est facile d’en tirer les conclusions ", a-t-il déclaré.


La compagnie de danse classique chinoise est en tournée dans le monde depuis 13 ans, présentant les 5 000 ans de la civilisation chinoise à travers la musique et la danse.


Cependant, Shen Yun a été considéré comme une menace par le régime chinois pour avoir dénoncé la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine.


Les membres de la discipline spirituelle, aussi appelée Falun Dafa ont été emprisonnés et torturés depuis le début de la répression en 1999.


La police arrête un manifestant du Falun Gong sur la place Tiananmen le 1er octobre 2000. En janvier 2017, le régime chinois a semblé indiquer publiquement que la campagne de persécution demeure une politique officielle. (Photo AP / Chien-min Chung)

Exporter la censure

Le régime communiste chinois n’a cessé d'entraver les activités artistiques et éditoriales qui font apparaître le régime sous un mauvais jour, souvent en exerçant des pressions sur l'institution hôte.


En août dernier, la Galerie nationale de Victoria (NGV) d’Australie a refusé d’organiser un événement co-organisé par la célèbre militante pour la démocratie de Hong Kong, Denise Ho, invoquant des raisons de sécurité. Ho a accusé la NGV d'auto–censure sous pression chinoise.


Au Danemark, l'ambassade de Chine locale a demandé à plusieurs reprises en 2013 que le Festival international du film de Copenhague supprime plusieurs documentaires critiquant le régime chinois, affirmant que le non-respect de ces obligations menacerait les relations entre la Chine et le Danemark.


L'interférence du régime chinois dans le monde de l'art et de l'édition ne s'arrête pas là: Hollywood se pliant à la censure chinoise, où des scénarios de films sont modifiés pour montrer la Chine sous un jour positif ; les institutions américaines annulant un contrat de livre avec des dissidents chinois, apparemment par peur d’irriter le régime; et un grand organe d’information limitant des histoires susceptibles de provoquer la colère du parti communiste.


Le consulat fait pression pour annuler les spectacles

Shen Yun n’est que trop familier avec de tels incidents. Lemish a enregistré 74 incidents lors lesquels le régime chinois a utilisé divers moyens pour interférer avec le spectacle, notamment en sabotant des bus, en envoyant des lettres diffamatoires aux législateurs locaux et en incitant les théâtres à annuler des spectacles.


Au Danemark, des courriels internes présentés comme preuve au Parlement danois ont révélé l’étendue de la censure de la Chine.


Shen Yun avait cherché à se produire au Royal Danish Theatre pendant dix ans, mais a été rejetée à plusieurs reprises, sous prétexte que le niveau artistique de la compagnie n’était pas à la hauteur de la programmation du théâtre.


Mais dans un courriel obtenu par le journaliste d'investigation Thomas Foght, un membre du personnel du théâtre a déclaré qu’ils avaient rencontré l'ambassade de Chine en août 2017 et l'ambassade " a terminé la réunion en demandant si nous avions un dialogue avec Shen Yun et formulé le souhait que nous ne leur permettions pas de louer nos installations. "


" L'ambassade de Chine et la délégation faisaient effectivement pression sur le théâtre pour ne pas les laisser réserver les lieux ", a déclaré Foght lors d'une audience au Parlement le 4 avril 2019.


En Espagne, l'ambassadeur chinois local a admis dans une conversation téléphonique enregistrée qu'il était personnellement impliqué dans des pressions sur le théâtre.


Il a dit avoir "parlé en personne à leur directeur général".


Refoulement

À l'approche de la représentation en Moldavie, un public élégamment vêtu a commencé à arriver au théâtre, seulement pour trouver le groupe de danse se tenant silencieusement sur les marches de devant en costumes noirs.


Lemish a déclaré que certains d’entre eux avaient fait 30h de train depuis Moscou pour assister à la représentation. Après que le public ait appris qu'il n'y aurait pas de spectacle, " ils étaient en larmes. Ils ont pris des photos avec nous. Ils sont allés dans un marché aux fleurs à proximité et nous ont apporté des fleurs.

Des membres du public en Moldavie ont acheté des fleurs pour les danseurs de Shen Yun et demandé des autographes (The Epoch Times)


Certains spectateurs ont essayé d'obtenir un remboursement pour leur billet. Le théâtre leur a dit de partir. Finalement sous la pression, le théâtre leur a communiqué le numéro de téléphone personnel de l'organisateur de la représentation, victime de la rupture de contrat par le théâtre.


Les danseurs ont passé les quelques jours suivant en allant à la télévision locale, parler de l'incident.


ProTV interviewe la danseuse de Shen Yun, Jessica Quach, à l'entrée des coulisses du Théâtre national (Photo par Annie Li)


Après l'incident moldave, le vice-président du Parlement européen de l'époque a écrit une lettre au gouvernement moldave, leur disant qu'il regrettait qu'ils aient "cédé aux pressions de l'ambassade de Chine ".


Il a dit espérer que " l'Europe et le reste du monde puissent être à la hauteur du courage des interprètes de Shen Yun et disent au régime chinois qu'ils n'accepteront pas ses violations flagrantes et répétées des droits de l'homme et de la dignité ".


En mars dernier, l'attaque de Shen Yun par Pékin avait été citée comme un exemple de la subversion agressive de Pékin lors d'une conférence de membres du Parlement européen.


"Avec cet exemple de Shen Yun, nous touchons un sujet très important, pas seulement pour la question de la situation en Chine, mais pour nous, Européens. Il s'agit de notre avenir ", a déclaré lors de la conférence Henri Malosse, ancien président du Comité économique et social européen, un organe consultatif de l'UE.


"Si nous cédons à la pression exercée par une puissance étrangère, pour permettre ou non de jouer, selon sa volonté et ses goûts, nous allons tous perdre", a déclaré Tunne Kelam, député européen d'Estonie.


Malgré les défis, Shen Yun est passé d'une seule compagnie en tournée à sept au cours de la dernière décennie.


La Moldavie attend encore aujourd’hui le prêt d'un milliard de dollars promis par le régime chinois.


Source : NTD

Version anglaise :
https://www.theepochtimes.com/the-chinese-regimes-long-arm-of-arts-censorship_3163252.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.