Gabriel Georgiou, styliste de renom, change de vie grâce à la méditation

« C'était une voix très, très forte qui m'a dit : « Nous sommes venus te prendre - tu as perdu ton chemin. » J'ai dit : « Je sais, je comprends, je suis vraiment désolé. J'ai juste été pris dans tout ça, et je me suis perdu. Donnez-moi une autre chance. »


—Gabriel Georgiou


Croyez-en Gabriel Georgiou, la vie d'un coiffeur de haut niveau à Hollywood est aussi excitante que vous l'imaginez : glamour, intense et pleine de célébrités. Dans les années 1990, il a gagné beaucoup d'argent et s'est rendu dans les soirées les plus importantes. Il a travaillé avec des personnes comme Cate Blanchett et Robert Downey Jr. pour n'en citer que quelques-unes, et ses coiffures ont foulé le tapis rouge et orné les pages de Vanity Fair et Vogue. Il avait tout.


Presque tout
En apparence, Georgiou exerçait un talent que des millions de personnes admiraient et que peu pouvaient égaler. Mais sous la surface, il y avait un autre Georgiou, celui qui, adolescent, s'est plongé dans des livres bouddhistes et taoïstes, celui qui a exploré les monastères orthodoxes du mont Athos, dans sa Grèce natale, celui qui a bravé « tant de bizarreries et de supercheries » pour trouver des réponses à ses questions sur « la vie, l'univers, les gens, la souffrance. »


Gabriel Georgiou, Photographie Steven Mena.


« Trop de questions », dit-il dans une interview à Magnifissance, « auxquelles personne ne pouvait me donner de réponses. » Gabriel Georgiou trouvera un jour ses réponses, mais pas avant d'avoir pris quelques virages à gauche dans des ruelles sombres.


À la fin des années 80, il a répondu à l'appel des lumières et s'est lancé dans l'industrie de la coiffure. Il s'est rendu à Hollywood et a participé à des événements de premier plan. Les célébrités, les directeurs artistiques et les producteurs ont remarqué le talent naturel de Georgiou et, bientôt, tout le monde, de Drew Barrymore à Keanu Reeves en passant par Jessica Alba, voulait ses styles. « J'ai réussi à devenir l'un des coiffeurs les plus sollicités du métier », déclare M. Georgiou. Entre ses mains, sèche-cheveux et ciseaux font merveille. Avec l'habileté d'un magicien, il donne aux crinières les plus beaux looks imaginables. Ses chèques de salaire commencent à s'accumuler, il s'offre une maison à Los Angeles et tous les atours d'une vie de jet-set. Mais, selon Georgiou, il manquait quelque chose.


« Tout n'était que superficialité. Je cherchais la gloire, le matérialisme, la richesse. Je me faisais plaisir. » Il a commencé à se droguer. « Oui, c'était un loisir, mais c'était aussi pour me permettre de faire face à tous les déchets qui m'entouraient. » Acheter chaque nouvelle chose sophistiquée, des voitures de luxe et assister à des fêtes hollywoodiennes ne lui apportait pas le bonheur, a-t-il dit. Le bonheur s'éloignait de plus en plus.


Le tournant décisif pour Gabriel Georgiou
La spirale descendante vécue par Gabriel n'est pas rare : d'un côté, des drogues comme la méthamphétamine comblaient confortablement le manque dans son cœur tandis que, de l'autre, elles le dévastaient morceau par morceau. Un tournant s'est produit lors d'un tournage de mode dans les îles Vierges britanniques, alors qu'il avait 32 ans.


« J'ai failli mourir. Lors des grands voyages, j’opérais un sevrage brutal. Ça, plus l'épuisement, plus beaucoup de choses - j'étais très, très malade à ce moment-là. Je me levais à peine pour coiffer, et la maquilleuse s'occupait du reste. Je suis resté couché pendant quelques jours, et à un moment donné, j'ai senti que j'allais partir. Je m'en allais. Je n'avais pas peur, je savais que je quittais le monde des humains. Il y avait cette voix. Elle était en trois ou quatre dimensions, je ne sais pas comment l'appeler. C'était une voix très, très forte qui me disait : « Nous sommes venus te chercher, tu as perdu ton chemin. » J'ai dit : « Je sais, je comprends, je suis vraiment désolé. » Je le pensais sincèrement, du fond du cœur. « Je suis vraiment désolé. Je sais que je n'ai pas trouvé ce que je cherchais. J'ai juste été pris dans tout ça, et je me suis perdu. Donnez-moi une autre chance. S'il vous plaît, donnez-moi une autre chance. Je suis retourné dans mon corps, mes yeux se sont ouverts et j'étais de retour. C'est là que le changement a commencé, et j'ai commencé à essayer de me nettoyer. »


Gabriel Georgiou a exercé sa magie de coiffeur sur les couvertures et les pages des magazines de mode internationaux présentés ici. De gauche à droite : Vogue Hellas : Photographie de Costas Avgoulis ; Vogue Australia : Photographie de Karin Catt ; Votre Beaute : Photographie de Thanassis Krikis ; Grazia : Photographie de Suresh Natarajan ; Vogue India : Photographie de Prasad Naik


Après ce travail, il a tout purgé. Il a donné ses vêtements de marque, ses meubles fabuleux, sa voiture. Il a quitté son emploi et a quitté Los Angeles. « Tout le monde était choqué par ce que je faisais. Les soi-disant amis que j'avais ? Disparus. »


La maison de sa famille à Brisbane, en Australie, est devenue un refuge. « Je ne voulais pas voir un autre être humain », dit-il avec un léger rire et sans aucune trace de gêne. « Tout ce que je voulais, c'était passer du temps avec ma famille, lire des livres, manger et dormir. J'étais fatigué, épuisé et je ressentais cette superficialité que je voyais chez tout le monde. Je me demandais vraiment s'il y avait encore des gens bien. »


Heureusement pour lui, il restait au moins une bonne personne et les deux se sont croisés. C'était une maquilleuse qui a écouté son histoire pendant qu'ils travaillaient ensemble sur des publicités en Australie, une personne douce qui semblait à l'aise même sous pression. Elle a dit à Gabriel qu'elle pratiquait une discipline spirituelle et de méditation appelée Falun Dafa (ou Falun Gong), et que s'il voulait apprendre, il pouvait la trouver dans le parc la plupart des dimanches matins.


« Ce qui m'a vraiment plu, ce sont les trois principes de vérité, de compassion et de tolérance qui ont résonné en moi. Et le fait que ce soit gratuit a vraiment fait tilt, parce que je savais que quelque chose de vraiment bien est enseigné du cœur, et qu'on ne prend pas d'argent pour ça. Et troisièmement, le fait qu’il s’agissait de l'esprit et du corps. »


Une nouvelle direction
Une fois que Georgiou a pris Falun Dafa au sérieux, son corps a connu une secousse soudaine. « La deuxième semaine, j'ai essayé les exercices. Je n'avais jamais ressenti quelque chose d'aussi fort, me débarrassant d'une telle négativité. »


« J'ai dit aux pratiquants « donnez-moi les livres tout de suite - j'ai besoin de savoir ce que c'est, ce que je fais. J'ai besoin de tout lire. Et c'est tout. Depuis, je pratique », raconte M. Georgiou, qui a arrêté de fumer presque sans effort cinq semaines plus tard. Au fil des jours, il a vu disparaître d'autres habitudes malsaines et un mal-être chronique.


« Avant, j'avais une scoliose qui me faisait beaucoup souffrir. Pendant la méditation, chaque fois que je terminais et que je me levais, mon dos craquait. Depuis, je n'ai plus jamais eu de douleurs. J'avais l'habitude d'avoir des insomnies. Tout cela a disparu. Je n'ai pas été chez le médecin ni pris d'aspirine depuis 11 ans. »

Gabriel Georgiou pratique le Falun Gong, une ancienne discipline spirituelle chinoise de tradition bouddhiste.


Il a continué à travailler sur son moi intérieur pendant que les exercices travaillaient sur son corps. Il a commencé à vivre selon la vérité, la compassion et la tolérance, les principes du Falun Dafa. « Mon niveau d'énergie était très élevé. Le travail est devenu plus facile. Je travaillais dur et de manière positive - j'étais tout le temps heureux. Je prenais les choses à la légère, et je riais facilement. » Après avoir été désillusionné par l'industrie de la mode, c'est Falun Dafa qui lui a donné envie d'y entrer à nouveau. « Tout le monde voit un très grand changement. En fait, quelqu'un m'a dit : « Je ne t'ai jamais aimé dans le passé, mais tu es tellement différent maintenant », et nous sommes devenus de très bons amis. J'ai réalisé que je pouvais avoir une influence positive dans ce monde de la mode."


Gabriel Georgiou aujourd'hui
C'est au Starbucks situé sous l'hôtel Pan Pacific à Vancouver que j'ai rencontré Gabriel Georgiou lors de la remise des Times of India Film Awards. Quelques heures avant le déroulement du tapis rouge, l'entrée était bondée de fans tendus, penchés sur la balustrade, attendant que les plus grandes stars de Bollywood traversent un mur d'agents de sécurité et entrent dans le hall.


Notre conversation était périodiquement interrompue alors que la foule exprimait son excitation par vagues stridentes. « Je dois partir dans quelques minutes », a-t-il dit, en observant la star au beau milieu de cette vague particulière. Une lueur a effleuré le coin de son oeil. « C’est sa grande représentation ce soir. J'ai des ennuis avec mon matériel thermique, je vais devoir commencer tôt. »


Aujourd'hui, Georgiou est redevenu un virtuose international, sauf qu'il séduit désormais l'Europe et l'Inde avec ses créations. Les couvertures de magazines et les tapis rouges sont à nouveau sa toile, mais les noms des stars sont italiens, tchèques ou indiens, et leurs admirateurs sont parfois plus nombreux que ceux de Brad et d’Angelina. Georgiou partage son temps entre la Grèce et Mumbai, en Inde - le cœur battant de Bollywood - où il travaille. Ce nouvel environnement lui a apporté de nouveaux défis, mais il affirme que les principes qui habitent désormais son cœur l'aident à tout affronter.


Satisfaire simultanément les divas, les réalisateurs, les co-stylistes et ses propres exigences élevées signifie que Georgiou se trouve dans des situations extrêmement tendues, sachant que la réputation des stars et le public de demain dépendent des coups de peigne de cet après-midi.


Devant le Pan Pacific, avant de s'éclipser pour préparer sa star au grand moment, il me fait une bise sur chaque joue. Très européen ! Alors qu'il se presse à travers le mur d'agents de sécurité et de fans, je crie « Bonne chance ! J'espère que tout se passera bien ! » Il se retourne brièvement et me lance un regard de remerciement rayonnant signifiant « Quoi qu'il arrive, je suis sûr que tout ira bien. » Puis il disparaît dans la nuée des caméras.


Traduit de l’anglais :
Celebrity Stylist Gabriel Georgiou Changes His Life Through Meditation

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.