Survivre à la tempête, Chapitre 3 de la première partie

Chapitre 1 : http://fr.clearharmony.net/articles/200410/16338.html
Chapitre 2 : http://fr.clearharmony.net/articles/200410/16480.html

Chapitre 3 Une vie de désespoir

a) Avaler tout un tas de médicaments

Mon état mental empira après l’échec de l’opération à l’Hôpital Général de l’Armée. Je savais que les jours où je pourrais encore marcher seule étaient comptés et que je pouvais devenir paralysée à tout moment. Mais je ne disais rien à ma famille ni à mes amis de la détérioration de ma condition parce que je ne voulais pas qu’ils s’inquiètent pour moi. Je m’endormais souvent à force de pleurer. Je ne me souviens pas lorsque c’est apparu, mais j’ai bientôt commencer à expérimenter une nouveau problème de santé – chaque fois que j’étais excitée ou en colère, je sentais mes vaisseaux sanguins se tendre dans mon cerveau comme les cordes d’un instrument de musique et tout mon corps s’engourdissait. J’ai commencé à prendre toujours sur moi, dans ma trousse à maquillage , plusieurs médicaments pour traiter les maladies cerebro-vasculaires . Quelque fois en marchant, je sentais ne plus pouvoir soutenir mon propre poids. Je suis passé aussi par plusieurs épisodes de perte temporaire de ma vue. Un jour, alors que je conduisais en allant travailler, je suis soudain devenue aveugle, j’ai garé ma voiture et avalé des médicaments, puis je me suis appuyée sur le volant. Ma vue n’est revenue qu’une heure plus tard.

Un jour où j’étais allé à la pêche avec ma famille dans le Parc Wangjiang, un type est venu vers moi et a essayé de me vendre une police d’assurance. Je lui ai demandé si l’assurance comportait un investissement de plus-value. Il a dit non donc je ne l’ai pas achetée. La rencontre m’a fait penser à investir dans le marché financier, j’ai acheté des actions volatiles dans le second marché financier. Les actions n’avaient pas encore été officiellement listées dans le marché financier. Elles étaient donc beaucoup plus risquées que les actions régulières. Mais elles m’attiraient par la promesse de rendements plus élèves et j’espérai être capable de payer mes dépenses quand je ne pourrais plus travailler.


b) Aucun traitement connu de l’anévrisme de l’artère crânienne

Je ne voulais pas apprendre davantage de mauvaises nouvelles sur ma santé et ne cessai d’annuler les visites à l’hôpital. En 1997, ma condition s’était tellement détériorée que je n’avais plus d’autre choix que d’aller à l’hôpital. Cette fois, je suis allée à l’Université Médical Occidentale de Chine, le professeur qui m’a vu a pensé que j’avais une maladie rare et n’a pas voulu faire un diagnostic lui-même. Alors il m’a dit, « Chaque mercredi après-midi nous avons une session où tous les professeurs et les experts médicaux de notre hôpital se réunissent pour discuter des cas rares. Prenez un rendez-vous pour cette session. » Lorsque je suis allé là-bas, plus de 30 experts médicaux m’ont vue. Ils sont unanimement arrivés à la conclusion que je souffrais d’un anévrisme de l’artère crânienne, une maladie rare sans traitement connu. Ils m’ont dit que la chirurgie que j’avais subie n’avait fait qu’empirer ma condition. Ils ont dit, « c’est comme si un poids autrefois partagé par deux personnes repose maintenant sur une seule personne. La situation s’est empirée. Si les vaisseaux sanguins n’étaient pas soigneusement attachés ensemble, cela pourrait créer des dommages aux nerfs du cervelet et laisser des séquelles. » Il est ainsi apparu que la douleur que je ressentais dans mon cerveau était causée par l’opération sabotée. Ils m’ont finalement dit, « il n’y a rien que nous puissions faire maintenant. Veuillez laisser votre nom, adresse et numéro de téléphone, nous vous contacterons lorsque la technologie médicale aura suffisamment progressé pour qu’on puisse vous soigner. »Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

En 1998, des experts renommés d’un grand hôpital de Shanghai sont venus dans la province de Sichuan voir des patients. J’ai pris un rendez-vous avec eux, et ils ont confirmé le diagnostic d’anévrisme de l’artère crânienne. Ils ont dit que je pouvais payer 100 000 yuan pour me faire opérer à Shanghai, j’ai dit « Etes vous sûr que l’opération marchera ? Si oui, je suis prête à payer même 200 000 Yuan.” Les médecins ont dit qu’ils n’étaient pas sûrs du tout que l’opération réussirait. J’y ai réfléchi et j’ai renoncé à l’opération.


c) Détérioration

Un jour de l’automne 1997, le père de mon fils m’a appelé et m’a demandée de venir à son magasin. Je suis allé le voir et il m’a demandé de l’argent. Je lui ai dit que je n’avais pas d’argent parce que je venais d’acheter une voiture et avais du emprunter 3000 Yuan à mon frère pour la payer (j’avais dépensé toutes mes économies à acheter des actions sur le marché financier) Dès que je lui ai que je ne pouvais pas lui prêter d’argent, il a saisi un couteau de cuisine et a chargé dans ma direction. Ses employés et ses amis se sont précipités pour le retenir. J’étais tellement assommée par ce qui se passait que je me suis évanouie sur une chaise et ai commencé à trembler incontrôlable ment. Tout mon corps était engourdi et glacé. Ma langue était raide, mes lèvres étaient devenues pourpres, et mon visage de cendre. Les gens qui m’entouraient furent effrayés. Ils ne savaient pas quoi faire et n’osaient pas me toucher. Il se trouvait que je venais de terminer les médicaments que j’avais normalement dans ma trousse. J’ai réussi à écrire les noms des médicaments que je prenais habituellement avec mes mains tremblantes.

Dès lors, la maladie cérébro-vasculaire dont je souffrais s’est détériorée régulièrement. Elle se réveillait constamment. La décoloration de mon visage est devenue de plus en plus prononcée. Ma jambe gauche était enflée et douloureuse. Je devais souvent m’étendre, levant mon pied droit et le poussant contre le mur pour tenir ma jambe élevée.


d) Petit réconfort

Le ciel est juste envers les gens. Bien qu’étant passé par un terrible mariage et malgré la terrible douleur dont je souffrais, j’avais toujours réussi professionnellement. Je pensais que c’était la manière dont le ciel arrangeait les choses pour moi en me donnant un petit espoir pour que je continue ma vie misérable.

Mon mari est moi nous étions séparé lorsque mon fils n’avait que trois ans. Après l’incident du couteau de cuisine, j’ai entrepris les procédures officielles du divorce. Mais nous n’arrivions pas à tomber d’accord sur l’argent et les biens. Je n’ai donc eu d’autre choix que de repousser temporairement la procédure de divorce. Pendant cette période, mes affaires allaient de mieux en mieux. Mon camion était toujours surchargé et il était préférable de conduire la nuit pour éviter les contraventions. Mais du fait de mes problèmes de santé, je ne pouvais pas conduire seule. Au printemps de 1997, j’ai vendu mon camion et sous-traité avec l’entreprise de transports avec laquelle je travaillais en faveur de quelqu’un de la ville de Pengzhou qui possédait deux gros camions chinois. En 1998, la ville de Chengdu a commencé la construction de sa boucle d’autoroute N°3. Il y avait beaucoup de travail et les camions roulaient jour et nuit. J’employais indirectement un total de 30 chauffeurs et de chargeurs J’en étais arrivé au point où je n’avais plus à travailler qu’à peu près une heure par jour. Je devais juste conduire jusqu’aux quartiers généraux du Département de Construction de Routes de la ville à 11 h du matin pour prendre l’ordre de travail pour la journée puis assigner le travail aux sous-traitants. Je ne travaillais qu’un total de 20 heures par mois et pourtant je gagnais 10 000 yuan par mois. Quelquefois, je me faisais jusqu’à 20 000 yuan par mois. J’ai acheté une maison, une voiture, et une téléphone portable coûteux. J’ai envoyé mon fils dans une école privée. J’ai aussi accompli mon but d’investissement personnel – j’ai obtenu 100 ordres d’actions du second marché boursier pour un coût total de 400 000 Yuan.


e) Vivre sans âme

Malheureusement tout le monde sait que l’argent peut acheter une maison mais pas un foyer, il peut acheter les médicaments mais pas la santé.

Je ne pouvais jamais oublier l’anévrisme de l’artère crânienne dans ma jambe droite. C’était une source de stress constante, et je savais que j’étais vouée à passer la seconde partie de ma vie paralysée. Donc je faisais de mon mieux pour gagner autant d’argent que possible pendant que j’étais jeune. C’est pour ça que j’ai acheté 100 ordres d’actions du deuxième marché boursier. J’espérais faire un massacre quand les actions seraient officiellement listées. Mais je pensais constamment en moi-même, « Vais-je vraiment faire de l’argent avec les actions ? » Lorsque le marché des actions a chuté en 1997, j’ai perdu 200 000 yuan en une nuit. Après cela, je ne pouvais plus ni manger ni dormir. Quelquefois je sentais que je n’avais plus la force d’appuyer sur la pédale du camion. Je vivais sans âme. Les actions n’avaient pas pu me donner la sécurité financière que j’espérais.

Ma vie était pleine de conflits et de solitude, je me sentais aussi malade et constamment effrayée. A part l’heure que je passais à travailler chaque jour, je passais la journée à chercher des façons d’avoir un peu de plaisir dans ma vie. Je me faisais soigner la peau, allai chez le coiffeur ou jouais au Mahjong. Quelquefois, je pensais que je devrais juste me tuer ainsi je pourrais laisser un peu d’argent pour ma mère et mon fils avant que les dépenses médicales n’aient avalé mes économies. Mais alors, lorsque je pensais à la tristesse de mourir, je renonçais à cette idée. Je pleurais constamment, toute seule et ravalant chaque jour ma peine.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.