Considérer autrui d’abord, cultiver à l’intérieur et ne jamais blâmer les autres

Dans la Chine ancienne, un homme d’affaire nommé Ma Wenan vivait dans la région de Xinghua, province de Jiangsu. Mr. Ma avait de l’instruction et de bonnes manières. Sa femme, Mme. Wu, était intelligente, jolie et une ménagère accomplie. Mais elle était un petit peu arrogante et critique vis-à-vis des autres. Mme. Wu ne s’entendait pas bien avec la mère de M. Ma, sa belle mère. Chaque fois que Ma Wenan rentrait à la maison d’un voyage d’affaire, sa femme et sa mère se plaignaient l’une de l’autre pour tous leurs problèmes et elles refusaient de s’écouter. Cela inquiétait beaucoup Ma Wenan. Il savait que sa femme ne respectait pas sa mère et il voulait changer cela. Un jour il eut une idée qui permit à sa femme de reconnaître ses propres fautes.

Un jour, Mme. Wu commença à nouveau de se plaindre de sa belle mère devant Ma Wenan. M. Ma dit, "Je sais que ma vieille mère est bavarde donc j’ai pris la décision de déménager. Mais mes parents et mes amis ne savent pas que ma mère est une personne difficile. Si nous déménageons soudainement, les gens nous critiqueront. (C’est une tradition chinoise que la plus jeune génération aide la plus vieille.) Donc, je t’encourage à la tolérer pendant un mois ou deux. Avant que l’on déménage, tu dois certainement porter la responsabilité de prendre soin de ma mère de tout ton cœur. De cette façon, tout le monde connaîtra ta grande piété filiale et comment ma mère est déraisonnable. Puis nous déménagerons et personne ne pourra dire quoi que ce soit. "

Mme. Wu était réticente. Ma Wenan continua, “Nous déménagerons bientôt. Les prochaines semaines qui suivent, tu devras t’occuper de ma mère comme d’une invitée. Traite la avec respect. De toute façon pourquoi serait ce tellement difficile ? »

Mme. Wu accepta finalement. A partir de ce jour là, elle devint très gentille et docile envers sa belle mère. La belle mère remarquait le changement de sa belle fille et en était heureuse. La belle mère était contente et devint très attentionnée à l’égard de sa belle fille. Naturellement, les frictions avaient disparu et la relation s’améliorait.

Plusieurs jours plus tard, Ma Wenan remarqua que sa femme ne disait plus de mauvaises choses à propos de sa mère. Il demanda, " Comment est ce que ma mère te traite dernièrement ? " " Mieux !" répondit-elle. M. Ma dit : " À présent qu’elle va mieux, tu devrais t’occuper d’elle encore plus attentivement. Tu dois montrer à tout le monde comment tu es docile et comment ma mère est déraisonnable. Seulement alors nous pourrons déménager.” Mme. Wu hocha la tête en signe d’approbation.

Plusieurs jours plus tard, Ma Wenan demanda à sa femme, “Comment est ce que ma mère te traite?” Mme. Wu dit, " Ma belle mère me soigne très bien à présent. Je ne veux plus déménager. Je suis heureuse de rester à ses côtés et de prendre soin d’elle de ta part . "

Ma Wenan dit, “Je dois te dire que mon intention véritable était que tu prennes soin de ma mère, et non de t’encourager à déménager. A présent j’ai dit ce que je pensais, j’espère que tu peux voir mon dilemme. Dans le passé, tu te plaignais toujours qu’elle était trop bavarde et difficile. Je savais tout le temps que tu ne t’occupais pas bien d’elle. Mais parce que tu étais en colère, critique vis-à-vis des autres et que tu ne voulais pas admettre tes erreurs, je ne voulais pas montrer du doigt tes défauts, car tu n’aurais pas été d’accord. Je ne pouvais pas te forcer à apaiser ma mère donc j’ai pensé à cette astuce d’être en bon terme temporairement avec elle, espérant que tu changerais ton attitude arrogante. Je suis désolé de t’avoir menti ; je n’ai pas aimé le faire. "

Ma Wenan continua, les anciens disaient : "Une bonne belle fille ne manquera jamais de susciter le côté positif de sa belle mère. " C’est un fait prouvé." A partir de maintenant, j’espère que tu te focaliseras sur tes propres erreurs et que tu ne blâmeras pas toujours les autres. Les anciens disaient aussi, " Aime les autres et les autres t’aimeront ; respecte les autres et les autres te respecteront." C’est un principe qui s’applique aux relations humaines en société ; c’est également vrai dans une famille. " Ma Wenan lui parla des grandes vertus et faveurs que les parents donnent à leurs enfants. Il raconta également des histoires classiques à propos d’ enfants respectant leurs parents dans la Chine ancienne.

Après cela, la belle mère et la belle fille s’entendaient très bien. Tout le monde faisait l’éloge de leur famille la citant en exemple pour le respect mutuel entre les deux générations.

Les anciens faisaient particulièrement attention à l’introspection ; ils croyaient à ”corrige tes erreurs si tu en as commis et garde toi d’en commettre si tel n’est pas le cas." Pendant un conflit, si chaque parti blâme l’autre, le conflit ne fera que s’intensifier. L’approche vertueuse et pratique de Ma Wenan méritent nos applaudissements. Mais l’histoire de la vérité profonde propre à l’histoire "d’auto-examen et d’introspectio" incite à davantage de réflexion. Comment devrions nous nous conduire lors d’un conflit ?

    “Nous disons aussi cela : si chacun d’entre nous cultive au-dedans de lui-même, si chacun cherche au niveau de son propre xinxing, si chacun cherche en lui les causes quand il a mal agi et fait mieux la prochaine fois, si chacun pense d’abord aux autres au moment d’agir, alors la société humaine changera pour le mieux, les valeurs morales se rétabliront ; la civilité des gens s’améliorera, l’ordre public deviendra meilleur aussi, il n’y aura peut-être même plus de policiers. Personne n’aura besoin d’être contrôlé puisque chacun se contrôlera lui-même et cherchera à l’intérieur de lui-même ; dites-moi, ce sera fantastique ! Vous savez tous que les lois actuelles se perfectionnent de plus en plus et deviennent toujours plus complètes, alors pourquoi y a-t-il des gens qui commettent encore des méfaits ? Pourquoi n’agissent-ils pas en respectant les lois ? C’est parce que vous ne pouvez pas contrôler leur cœur ; quand personne ne les voit, ils agiront à nouveau mal. Si chacun cultive intérieurement, alors ce sera tout différent, et vous n’aurez plus besoin de défendre les autres contre l’injustice. » (Zhuan Falun


Dans l’extrait ci dessus de Zhuan Falun, Maître Li Hongzhi a clarifié l’essence de “chercher les causes en soi-même ” et “cultiver son soi profond.” C’est pourquoi, après avoir pratiqué le Falun Gong, beaucoup de pratiquants sont devenus des gens très tolérants et leur relation familiale s’est énormément améliorée.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.