Être prêt à corriger ses propres défauts en acceptant humblement les critiques.

Pendant les périodes historiques de l'Automne et du Printemps, le roi des Song, Song Zhaogong, fut exilé par ses propre sujets. Alors qu’il s’enfuyait vers la frontière, il soupira profondément et dit : "Je sais pourquoi je suis devenu à présent un fugitif. J'ai eu des milliers de courtisans royaux à mon service, pendant mon règne. Aucun d'entre eux n'aurait jamais dit que je manquais de sagesse. J'ai eu plusieurs milliers d'intendants, et il m'ont tous fait confiance pour leurs positions. Aucun d'entre eux n'aurait osé dire que je n'étais pas bon du tout. Du dedans comme du dehors, jamais ne n’ai pu apprendre aucune de mes erreurs et de mes défauts. C'est la raison pour laquelle j'ai fini dans cette situation désastreuse. Je mérite vraiment la punition." Song Zhaogong par conséquent décida de se repentir et de corriger ses fautes et ses erreurs passées. Après deux ans de repentance et d'études continues de la réforme morale de l’administration, ses sujets l'accueillirent et le rétablirent sur le trône. Il laissa derrière lui un héritage de paix et de prospérité parmi ses sujets comme un roi vertueux. Après sa mort on lui conféra le titre de Zhao Gong.


Cet événement historique a été enregistré dans Le Nouveau livre et l'avant propos de Liu Xiang Xin. Dans le livre Politique de guerre nationale il y a une histoire similaire du roi Zou Jifeng du royaume de Qi qui était réceptif aux remontrances.


A cette époque, il y avait dans le royaume de Qi un homme du nom de Zou Ji. Il avait une belle contenance et un joli corps et mesurait plus de deux mètres quarante de haut. Un jour il enfila les vêtements spéciaux des tribunaux, et faisant face au miroir, s’adressa à son épouse: " De moi ou de Xu Gong au nord de la ville, qui est le plus beau? " Sa femme répondit, " C'est vous. Comment Xu Gong peut il vous être comparé ? "


Dans le pays de Qi, Xu Gong du nord de la ville était célèbre pour son apparence. Zou Ji perdit sa confiance en lui. Plein de jalousie il demanda encore à son épouse, " De moi ou de Xu Gong au nord de la ville, qui est le plus beau? " Sa femme répondit, " Comment Xu Gong peut il vous être comparé ? "


Le jour suivant, un visiteur vint le voir. Après s'être assis, Zou Ji demanda à son invité, " De moi ou de Xu Gong au nord de la ville, lequel de nous deux l’emporte en prestance ?" L'invité répondit: " Xu Gong vous est inférieur. "


Le jour suivant, Xu Gong vint rendre visite à Zou Ji, alors Zou Ji saisit l'opportunité de se comparer à Xu Gong. Prudemment il s’examina devant le miroir, et il réalisa que Zu Gong était plus beau que lui sans aucune comparaison possible. La nuit en dormant, finalement la vérité commença à lui apparaître. Il réalisa que son épouse disait qu'il était plus beau que Xu Gong, parce qu'elle l'aimait et le craignait. Son invité lui avait dit qu'il était plus beau parce qu'il souhaitait lui demander quelque chose.


Zou Ji en conséquence se rendit au palais pour voir le roi Qi Weiwang et lui faire part de sa compréhension de l'épisode qui avait eu lieu. Il reconnut devant le roi que comparé à Zou Ji du nord de la ville, il savait qu’il n’avait pas une si belle apparence, malgré que son épouse continuât à dire qu'il était le plus beau. Il réalisa que son épouse disait cela parce qu’ elle l'aimait et aussi parce qu'elle le craignait.


Son invité avait dit la même chose pour le satisfaire parce qu'il voulait quelque chose de lui. En comparant l' épisode avec la situation nationale du pays de Qi, le roi gouvernait une vaste région de terre, cent vingt villes et forteresses. À gauche, à droite et au centre, de ses sujets royaux féminins pas une seule n’aurait dit qu’elle n’aimait pas son roi. Parmi ses ministres fournissant leurs conseils, tous craignaient leur roi. A l'intérieur des frontières où le roi gouvernait, qui ne nourrissait pas la pensée d’obtenir quelque chose du roi. De cela il conclut que le roi avait été tenu à l ‘écart de la vérité.


Le roi Qi Weiwang dit alors , "Excellent." En conséquence le roi émit un décret demandant à ses ministres et à ses sujets royaux d’indiquer publiquement et ouvertement au roi ses erreurs, avec une récompense pour recevoir le premier prix. Ceux qui présenteraient une déclaration écrite pour l'informer de ses erreurs recevraient le prix du milieu, et ceux qui pourraient discuter ouvertement des erreurs dans des lieux publics pour permettre au roi de connaître le problème recevraient le troisième prix."


Immédiatement après que cette proclamation soit faite, le corps entier des ministres réprimanda l'empereur, et la cour royal bouillonnait d'activité. Après plusieurs mois, peu de réprimandes arrivaient encore. Après une année, bien que tout le monde eut voulu critiquer le roi, il n'y avait presque plus rien à dire. Lorsque les états voisins comme Yan Guo, Zhao Guo, Han Guo et Wei Guo apprirent cela, ils vinrent tous payer leur taxe à l'empereur. C'est ce que disaient les gens dans le passé. Sans acheminer aucune troupe, le pays avait vaincu d'autres pays à travers un gouvernement et une administration de cour royal prospère .


Sur la question concernant le gouvernement d'un pays, le trône de Song Zhaogong alors perdu fut reconquis , le royaume de Qi put prétendre à l’hégémonie parmi les charges féodales et devenir un pouvoir dominant, et tout cela était lié à leur ouverture et leur sensibilité aux avertissements des autres à propos de leur fautes, faiblesses et erreurs, et à leur sincérité à les éliminer. Ces choses n’étaient pas dissociables..


Sur la question concernant la pratique de la culture morale, on doit faire attention en recevant des mots de louange et de recommandation des autres. On ne doit pas automatiquement accepter les louanges et être heureux et avoir de l'auto-satisfaction. Au contraire, on doit être préparé et heureux d’ entendre les critiques et les suggestions des autres, reconnaître les paroles anciennes "être heureux de voir pointer ses erreurs. " Si les autres peuvent aider a pointer les erreurs et les fautes, et que le processus peut aider a remédier aux futurs erreurs et pertes, on devrait certainement se sentir honoré par cela..

Version chinoise :
http://www.minghui.org/mh/articles/2005/11/10/113221.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.