Zhuge Liang et son professeur

Zhuge Liang, 181-234 avant J-C, était une grande figure historique qui vivait à l’époque des Trois Etats. Le professeur de Zhuge Liang, Sir Shuijing, vivait une vie de reclus dans le village de Shuijing. Sir Shuijing avait un coq qui se pavanait dans sa cour. Tous les jours à midi, le coq se mettait à chanter à trois reprises. Aussitôt que Sir Shuijing entendait le chant du coq, il mettait fin à la leçon qu’il donnait. Zhuge Liang aimait étudier et voulait toujours en entendre encore un petit peu plus. Il n’aimait pas ce coq qui rappelait l’heure. Il lui vint une idée. Il fixa une petite poche à son pantalon et la remplit de grains de riz. Quand le coq était sur le point de chanter, Zhuge Liang tranquillement lançait le riz par la fenêtre. Le temps que le coq finisse de picorer tous les grains de riz, il s’écoulait une heure ou deux.

Finalement, Sir Shuijing découvrit sa tactique secrète. Il considéra l' affaire comme un mauvais tour que le petit Zhuge Liang lui aurait personnellement joué, il le renvoya. Après le départ du garçon, Madame Shuijing parla à son mari en sa faveur. Elle lui dit, "Zhuge Liang a fait ceci dans l’unique but de profiter encore plus longtemps des leçons que tu donnes. Tu devrais lui pardonner pour cette fois." Sir Shuijing savait que Zhuge Liang était extrêmement vif et travailleur. D’ailleurs, il l’aimait bien. Mais avant qu’il ne le rappelle, Sir Shuijing décida d’en savoir plus sur sa personnalité. Il envoya un de ses jeunes serviteurs à Longzhong (actuellement la ville de Nanyang, dans la Province du Henan), où vivait Zhuge Liang, pour enquêter discrètement.

Le jeune serviteur revint avec trois différentes histoires concernant Zhuge Liang. La première, était que la mère de Zhuge Liang n’aimait pas quand il faisait froid, donc Zhuge devait aller dans les montagnes pour ramasser une espèce d’herbe rare à éparpiller sur le lit de sa mère. Chaque soir, il devait se coucher le premier dans le lit de sa mère afin de chauffer le matelas pour elle. La seconde, était que la maison de Zhuge Liang avait deux petits potagers éloignés du puits. Mais puisqu’il n’était pas de grande taille, il s'inquiétait que les seaux d’eau qu’il devait porter ne soient trop bas, risquant d’endommager les légumes que ses voisins avaient planté sur leurs lopins de terre, donc il faisait un détour supplémentaire de plus de 1,5 kilomètres, en contournant la colline. La troisième, était que Zhuge Liang aimait apprendre auprès d’un jeune homme qui vivait non loin de chez lui. Plus tard, bien que Zhuge Liang soit devenu plus instruit que lui, il continua de lui montrer du respect et agissait avec lui avec humilité.

Après que Sir Shuijing ait entendu ces trois histoires, il secoua la tête d’approbation, "Zhuge Liang sera quelqu’un de remarquable!" Il demanda immédiatement à son jeune serviteur de l’emmener à Longzhong pour demander, en personne, à Zhuge Liang de revenir étudier.

Sir Shuijing appréciait la personnalité de Zhuge Liang et lui transmit tout son savoir. Plus tard, Zhuge Liang devint un remarquable politicien et un fin stratège miliaire. En plus de ses connaissances étendues, il était respecté des autres pour sa moralité.

Date de l'article original : 2/24/2007

Version Chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2007/2/14/148724.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.