Histoire ancienne de « cultivation » : Liu’an Wang de l’école du Dao

[Voici une des nombreuses anciennes histoires de culture spirituelle transmises à travers l’histoire en Chine, que les gens actuels prennent pour des mythes. Ces histoires ne font pas partie du Falun Dafa lui-même, mais Falun Dafa est profondément ancré dans la culture chinoise et son ancienne histoire de culture spirituelle. Ces histoires sont incluses dans Claireharmonie parce qu’elles peuvent aider à situer le Falun Dafa au sein d’une riche tradition historique et culturelle de culture spirituelle.]

Liu’an Wang vivait à Huai’nan au temps des Han occidentaux. Il aimait les pratiques taoïstes et de nombreux taoïstes cultivaient avec lui.

Un matin, un vieil homme tout maigre du nom de Ba Gong demanda à voir Wang. Voyant le vieil homme bossu, le garde de Wang a dit, « Mon Maître ne voit que ces pratiquants taoïstes extraordinaires qui connaissent des trucs et peuvent obtenir la vie éternelle. A parler franchement, il ne recevra pas quelqu’un comme vous ». Et le garde ne fit pas entrer le vieil homme. Ba Gong dît alors , « Bien. Si c’est à cause de mon âge que votre Maître ne peut me recevoir, alors je peux changer cela ». En quelques secondes, le vieil homme s’était transformé en jeune homme. Le garde courut signaler ce fait stupéfiant à son Maître. Lorsque Wang sût qu’un homme si performant était venu le voir, il fut si empressé de rencontrer le vieil homme qu’il ne prit pas le temps de mettre ses chaussures, se précipitant dehors, les pieds nus. Wang présenta ses hommages les plus respectueux à Ba Gong et lui demanda très poliment, « que puis-je faire pour une déité d’un si haut niveau que votre Excellence ? » Ba Gong répondit, « Je suis celui qui sait tout et qui commande la vie et la mort de tous les êtres du monde. J’ordonne aussi les changements de climat et de temps. Même les fantômes et les esprits doivent suivre mes ordres. En plus, je peux déplacer les montagnes et vivre au fond des mers. Je peux me changer en ce que je veux selon ma volonté. Il n’y a presque rien que je ne puisse faire ». En écoutant cela, Wang fut très convaincu et présenta encore plus de respect pour Ba Gong. Wang invita le vieil homme a rester et à le guider dans sa pratique taoïste.

Un des étudiants de Wang, dénommé Wu, avait fait de nombreuses mauvaises choses dans le dos de Wang. Il était inquiet car si un jour son Maître découvrait cela, il serait puni. Le méchant Wu alla donc voir l’empereur et lui expliqua que son Maître préparait une rébellion. L’empereur ne le crut pas. Cependant, il décida d’envoyer Wang vérifier. Avant même que le messager de l’empereur n’arrive, le vieil homme avait dit à Wang, « Votre élève Wu dit du mal de vous à l’empereur. Un tel élève sera puni par les cieux. Vous pouvez maintenant partir. Je me demande si c’est la façon des cieux de vous appeler. Si ce scandale n’avait pas eu lieu, je me serais inquiété de vous voir vous accoutumer à la vie de ce monde humain après une si longue période ». Disant cela, Ba Gong a demandé aux serviteurs de cuisiner certains remèdes et les a offert à Wang et à sa famille. Les restes ont été donné aux poulets et aux chiens de garde. Après avoir pris les remèdes, les 300 membres de la famille de Wang, ainsi que tous les animaux, quittèrent le sol et montèrent aux cieux.

Telle est l’origine de l’ancien adage chinois : « Si une personne parvient au Tao, même ses poulets et ses chiens en bénéficieront. » Cependant avec le temps la signification de l’adage a changé de bon en mauvais, et on le comprend maintenant comme, « Si une personne accomplit la renommée et le pouvoir même ses serviteurs en bénéficieront ».

Translated from Chinese Clear Harmony


http://yuanming.net/articles/200208/10976.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.