Corriger les fautes d’un roi avec droiture et servir les gens de façon altruiste

Yan Zi était le Premier ministre de l’État de Qi durant la période des États guerriers et la période de Printemps et d'Automne (476 avant JC jusqu’en 221 avant JC). En assistant le roi et les aristocrates de l’état de Qi pendant des dizaines d’années, Yan Zi n’évitait pas de critiquer franchement les erreurs du Roi et il administrait le pays avec honnêteté, droiture et altruisme. Libre de toute corruption, il laissa derrière lui de nombreuses histoires touchantes et inspirantes.


Un jour, le roi Jinggong du Royaume de Qi donna une fête et invita ses amis et officiers. En buvant joyeusement il leur dit : « Buvez autant que vous voulez. Ne prenez pas l’étiquette trop au sérieux. »


Yan Zi répondit aussitôt : « C’est l’étiquette qui différencie l’homme des animaux. De nos jours, un enfant d’un mètre 50 peut être plus fort que vous et moi mais du fait de l’étiquette il n’ose pas semer le désordre. Les animaux prennent le plus fort comme chef et le fort dévore le faible. En conséquence, ils changent sans cesse de chefs. Si nos officiers ignorent l’étiquette, notre pays sera un vrai chaos et le roi pourrait être remplacé. Si cela arrivait, que feriez-vous ? Par conséquent, les gens ne peuvent pas vivre sans étiquette ni lois. »


Ayant entendu la critique de Yan Zi, le roi Jinggong était fort mécontent et s'éloigna de lui sans lui prêter attention. Bientôt le roi Jinggong dut partir. Tout le monde sauf Yan Zi se leva et dit au revoir. Lorsque le roi Jinggong revint, Yan Zi ne se leva pas pour l'accueillir . Le roi Jinggong enjoignit à tous de s’amuser mais Yan Zi ne coopéra pas, il alla boire seul dans son coin.


Témoin des mauvaises manières de Yan Zi, le roi Jinggong s'emporta : « Vous venez juste de dire que l’étiquette et les règles sont importantes mais maintenant vous les ignorez vous-même ! »


Yan Zi quitta son siège et s’inclina prestement : « Votre majesté, je vous prie de ne pas vous mettre en colère. Je n’oserai pas vous outrager. Tout ce que j’ai fait était de démontrer ce que provoquerait l'absence d’étiquette. Si votre majesté ignorait l’étiquette, ce serait comme ça. »


Le roi Jinggong comprit soudain : « Apparemment c’était ma faute. Asseyez-vous je vous prie. J’écouterai votre conseil.»


Dès lors, le roi Jinggong améliora le système de l’étiquette et consolida les règles pour administrer le royaume de Qi. Tous les officiers du gouvernement suivaient l’étiquette et tout le monde obéissait aux lois.


Sachant que le roi Jinggong aimait l' extravagance, Yan Zi utilisa sa propre frugalité pour influencer le roi . En tant que premier ministre, Yan Zi vivait dans une vieille maison près du centre, qu’il avait hérité de ses ancêtres. Lorsque le roi Jinggong essaya de le faire emménager dans une maison plus grande et plus agréable, Yan Zi refusa : « Mes ancêtres habitaient ici. C’est déjà trop pour moi de vivre ici car je ne contribue pas au pays autant qu’eux, sans parler de devoir vivre dans une maison plus belle. On ne doit pas rechercher l’extravagance. D’ailleurs, c’est très pratique de faire ses courses ici. De même, ça m’aide à comprendre la vie quotidienne des gens . » Plus tard, lorsque Yan Zi visita l’état de Qi, le roi Jinggong profita de cette opportunité pour faire déménager les voisins de Yan Zi et faire construire une grande et belle maison au même endroit. De retour, Yan Zi l' apprit et gara sa calèche hors de la ville et envoya son subordonné demander au roi Jinggong de démolir la nouvelle maison, de reconstruire les maisons de ses voisins et de leur demander de revenir. Après plusieurs demandes, le roi Jinggong accepta et finalement Yan Zi revint en ville.


Pendant que Yan Zi parvenait à établir la prospérité de l’état de Qi, il vivait une vie très frugale. Un jour, alors que Yan Zi s’asseyait pour manger, un officier du roi Jinggong arriva pour discuter affaire avec lui. Sachant que l’officier n’avait pas mangé, Yan Zi lui offrit de partager un bol de riz avec lui. A la fin, l’officier ne mangea pas et Yan Zi non plus . Lorsque l’officier rapporta cela au roi Jinggong, ce dernier fut très étonné : « Je ne savais pas que mon premier ministre était aussi pauvre. C’est ma faute. » Tout de suite le roi Jinggong ordonna à ses émissaires d’envoyer un millier de Liang en or et un millier de Shi de riz à Yan Zi, ce que Yan Zi refusa. L’émissaire essaya par trois fois mais Yan Zi déclina par trois fois.


Finalement Yan Zi alla remercier le roi Jinggong. Le roi répliqua : « Je ne savais pas que vous étiez aussi pauvre. Notre royaume est si riche, cette petite offre de présents ne représente vraiment rien. »


Yan Zi répondit : « Votre majesté, merci pour votre intérêt. En fait je n’ai aucune difficulté. D’après ma compréhension, si je me défais des cadeaux de votre majesté, c’est un acte qui décevra votre majesté et qui plaira aux autres. En tant qu’officier honnête, je ne peux pas faire ça. Si j’ai beaucoup de choses et que je les garde pour ma propre aisance, je ne serais pas une personne morale. D’ailleurs pourquoi aurai-je absolumment besoin d’autant d’argent et d'autant de choses ? Comme dit le dicton, les subordonnés suivent ce que font leurs supérieurs. Vous me demandez d’administrer tous les officiers donc je dois me libérer de toute corruption pour le royaume. De cette façon, je peux être un exemple pour les officiers. D’un autre côté, si je recherchais une vie extravagante, tous suivraient mon exemple. Comment pourrai-je les guider alors ? » Le roi Jinggong fit un signe de la tête. Après ça, sa vie devint moins extravagante.


Le roi Jinggong aimait s'adonner aux plaisirs de la vie. Un jour il avait bu dans le palais jusqu'à minuit. Parce qu’il ne voulait pas s’arrêter, il se rendit avec ses serviteurs chez Yan Zi pour boire avec lui. Sortant pour recevoir le roi, Yan Zi demanda : « Votre majesté, y a t-il quelque chose d’urgent pour que vous veniez me rendre visite aussi tardivement ? » « Le vin est délicieux et l’or brille. Je veux juste apprécier la belle nuit avec mon Premier ministre » répondit le roi. Que le roi vint personnellement chez un officier pour boire avec lui était normalement le plus grand honneur. Cependant Yan Zi était plutôt mécontent. Il dit sérieusement au roi : « Il y a tellement de gens autour de votre majesté qui peuvent boire avec elle. Ce n’est pas de mon devoir de faire ça. Je n’ose pas obéir à l’ordre. »


Alors le roi Jinggong se tourna vers un autre de ses officiers favoris,Tian Rangju. Lorsque le roi arriva, Tian enfila vite son uniforme militaire, prit ses armes et reçut le roi. Il demanda anxieux : « Y a-t-il un autre état qui essaie de nous attaquer ? Y a-t-il une émeute ? » Souriant le roi dit : « Pas du tout. » Affectant la perplexité, Tian demanda : « Alors pourquoi est-ce que votre majesté vient personnellement chez son officier si tard ? » Sans raison aucune , je veux juste boire avec mon général pour honorer son travail inlassable », répondit le roi. Tout comme Yan Zi , Tian répliqua : « Il y a tellement de gens autour de votre majesté qui peuvent boire avec elle. Ce n’est pas de mon devoir de faire ça. Je n’ose pas obéir à l’ordre. »


Surpris du refus de ses officiers, le roi était très mécontent. Finalement il alla chez Liang Qiuju, où Liang le reçut joyeusement. Enchanté, le roi Jinggong demanda à ce que l’on joue des tambours et il joua de la musique en personne. « Est-ce que les gens qui ont une moralité aiment aussi ça ? » demanda-t-il à Liang. « Avec les mêmes yeux et les mêmes oreilles, pourquoi pas ? » Ils burent toute la nuit.


Plus tard le roi Jinggong voulut promouvoir Liang donc il le félicita devant Yan Zi : « Puisque certaines personnes ne préparent pas ce que j’aime, il l’a préparé pour moi. Donc il est loyal à mon égard. Quand j’ai besoin de lui, il est près de moi. Donc je sais qu’il se soucie de moi. » Yan Zi répliqua : « Quand un officier a tout le temps du roi, c’est déloyal ; quand un fils a tout le temps de son père, ce n’est pas filial. En tant que principal ministre, il est loyal d'amener le roi à traiter ses officiers avec respect, être bienveillant vis-à-vis de son peuple et être fiable pour ses gouverneurs, alors tout le monde sera loyal vis-à-vis du roi et aimera le roi. Aujourd’hui parmi tous les ministres et les gens de l’état, seul Liang est « loyal » envers vous. Que se passe t-il ? Il est sage de prendre le critère des punitions et des récompenses comme ce qui est bien ou mal pour l’état. » Le roi Jinggong comprit et décida de ne pas récompenser Liang.


Une fois Yan Zi accompagna le roi Jinggong pour visiter Mai Qiu lorsqu’un ancien passa. Il di t: « Longue vie à votre majesté. J’espère que vous n’offenserez pas votre peuple. » Confus, le roi Jinggong demanda : « Il est possible que des gens soient poursuivis pour offenser leur roi mais Je n’ai jamais entendu parler d'un roi offensant son peuple. » Yan Zi demanda : « Est-ce que Jie (le dernier empereur de la dynastie Xia) et Zhou (le dernier empereur de la dynastie Shang) avaient offensé leurs rois ou leur peuple ? Furent-ils tués par les rois ou par les gens ordinaires ? » Soudainement éveillé, le roi Jinggong récompensa l’ancien avec des terres pour le remercier de son conseil et de sa sagesse.


Face à la critique franche de Yan Zi, le roi Jinggong était parfois embarrassé donc il essayait de son mieux de punir Yan Zi. Néanmoins il savait que ce que Yan Zi disait était vrai peu importe si cela offensait ses oreilles. Par conséquent, le roi Jinggong admirait souvent Yan Zi pour son courage d’offenser le roi pour le bien du pays et de son peuple.


Finalement Yan Zi mourut. Le roi Jinggong apprit la triste nouvelle alors qu'il faisait un voyage d'agrément. Il pressa ses serviteurs de rentrer aussi vite que possible. Se plaignant que le cheval courait trop doucement, le roi Jinggong sauta et courut pieds nus. Malgré tout il n’allait pas aussi vite que le cheval donc il remonta dans la calèche. Il essaya quatre fois comme ça de faire la course contre le cheval. Finalement il courait et pleurait : « Monsieur Yan Zi me conseillait jour et nuit, m'obligeant même sur un petit détail. Cependant, tout le temps je me suis livré au plaisir. Le malheur est tombé sur lui au lieu d’être tombé sur moi. Le royaume de Qi est en péril. Sans Yan Zi, à qui les gens pourront-ils se plaindre ? »


Considérant le peuple comme l'essentiel , Yan Zi pensait aux gens ordinaires dans sa critique franche du roi, de son gouvernement de l’état et de ses propres actions. Sa bonté, sa sagesse et ses bonnes actions lui valurent depuis d'être commémoré par le peuple..

Date de l'article original : 18/7/2007
Version chinoise disponible à : http://www.minghui.ca/mh/articles/2007/6/27/157439.html


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.