Anciennes histoires de cultivation - Le Maître taoïste Su Xian Gong

Le folklore chinois est plein d’anciennes histoires sur la cultivation-pratique, les immortels et les Taos. Pour un public occidental, ces histoires reflètent à quel point le concept de cultivation-pratique s’enracine profondément dans la culture, la tradition et l'histoire chinoises.


Su Xian Gong était né à Guiyang et vivait dans la partie nord est de la ville. Il obtint le Dao à l’époque de Han Wen Di. Il était connu dans le village pour sa piété filiale, mais son père mourut alors qu’il était enfant. Su Xian Gong travaillait dur chaque jour, par n’importe quel temps. Il n’était pas non plus difficile sur la nourriture qu’il mangeait et était heureux avec un simple thé et des plats ordinaires. Comme sa famille était pauvre, il eut une fois un emploi de vacher. Lui et les enfants du village emmenaient paître les vaches à tour de rôle. Lorsque Su Xian Gong gardait les vaches, elles se promenaient autour de lui sans se sauver. À la tombée de la nuit, les vaches rentraient d’elles-mêmes sans qu’il faille les conduire. Mais lorsque les autres enfants les gardaient, elles courraient partout et traversaient parfois des zones dangereuses. Ces enfants demandaient à Su Xian Gong :"Quel miracle as-tu trouvé qui empêche les vaches de se sauver ?" Su Xian Gong répondait : “C’est un secret dont je ne puis rien vous dire.”


Su Xian Gong montait souvent sur le dos d’un daim. Un jour, alors que lui et sa mère prenaient leur repas, la mère dit : “Nous n’avons pas de poisson pour dîner, peux tu aller en acheter ?” En entendant cela, Su Xian Gong posa immédiatement ses baguettes, prit de l’argent, et sortit. Un peu plus tard, il revint avec plusieurs poissons. Après le repas, sa mère demanda où il avait acheté le poisson, et il répondit qu’il l’avait acheté au marché de la ville. “La ville est à plus de 60 kilomètres d’ici, et les routes sont dangereuses,” dit la mère. “Comment as-tu pu aller et revenir si vite ? Essaies-tu de me jouer un tour ?” Sa mère allait le battre lorsque Su Xian Gong s’agenouilla devant elle : “Lorsque j’ai acheté ces poissons, j’ai rencontré mon oncle qui faisait ses emplettes au marché. L’oncle a dit qu’il viendrait nous rendre visite demain. Mère, tu lui demanderas lorsqu’il viendra..” En entendant ces mots, la mère de Su Xian Gong trouva raisonnable de laisser la question au jour suivant lorsque l’oncle viendrait. Le matin suivant, la mère fut étonnée, et à ce moment elle comprit que son fils était un être surnaturel.


Une fois Su Xian Gong tenait un bâton de bambou, et on disait que ce bâton était en fait un dragon. Un jour, Su Xian Gong était occupé à nettoyer sa chambre, ranger sa maison, et réparer la barrière. Des amis lui demandèrent, “Attends tu la visite de quelqu’un ?” Su Xian Gong répondit, “Les immortels arrivent.” Immédiatement, un nuage de lumière pourpre et de brume s’étendit dans le ciel au nord est. Plus de dix grues blanches volaient dans le nuage en direction de la maison de Su Xian Gong et se posèrent légèrement devant l’entrée. De façon surprenante, ces grues blanches se transformèrent en un groupe d’élégants jeunes gens entre 17 et 18 ans. Ils se comportaient gracieusement et de manière digne. Su Xian Gong les accueillit respectueusement avec beaucoup de sérieux. Puis il s’agenouilla devant sa mère et dit, “Aujourd’hui, ton fils doit devenir un immortel, selon la volonté du ciel. La garde d’honneur est arrivée pour me prendre, aussi dois-je partir et n’attendrais plus ma mère. Veuille pardonner à ton fils !” Mère et fils versèrent des larmes d’émotion. La mère lui demanda alors : " Après que tu sois parti, sur qui compterai-je ?” Su Xian Gong dit : “une peste surviendra l’année prochaine. Le puits dans notre terrain et l’oranger à côté de notre maison veilleront sur toi pour moi. Les seules choses que tu dois faire sont d'aller chercher un litre d’eau et cueillir une feuille d’oranger, car elles peuvent sauver la vie d’un patient. En outre, je t’ai laissé un placard. Si tu as besoin de quelque chose, tu dois juste frapper dessus et lui dire ce que tu veux. Il te le donnera alors. Toutefois, mère, n’ouvre jamais le placard..” Après avoir dit ces mots, il passa l’entrée, hésitant à pas lents. Il ne supportait pas de quitter sa mère. Finalement il sauta et s’envola dans le nuage, et monta sur le nuage rouge pourpre entouré par le vol de grues. Toutes volaient en direction du Palais céleste.


L’année suivante comme l’avait prédit le révéré Su, une énorme peste se répandit dans tout le pays. Les victimes venaient de près comme de loin chercher de l’aide auprès de la mère de Su. Elle fit ce que son fils lui avait dit et traita les patients avec l’eau du puits et les feuilles d’oranger. Tous purent être guéris. Si elle avait besoin de quelque chose, la mère frappait la porte du placard et avait tout ce qu’elle voulait.


Après trois années, la mère commença finalement à s’interroger à propos du placard et décida de l’ouvrir. Deux grues blanches s’en envolèrent et dès lors, le placard ne lui donna plus ce qu’elle lui demandait. La mère de Siu Xian Gong vécut cent ans et un jour mourut sans être malade. Les villageois lui firent des funérailles selon la coutume. Après qu’elle soit enterrée, le nuage rouge pourpre apparut soudain et enveloppa le sommet du Mont Niupi, qui était situé dans la section nord ouest de la ville. On entendait des sanglots venant du nuage. Les villageois savaient que c’était Su Xian Gong qui pleurait sa mère.


Les autorités de la ville et tous les villageois firent le trajet pénible jusqu’au pied du mont pour tenir une cérémonie de mémorial. Su Xian Gong leur parla, “Merci d’être venu de si loin pour me réconforter. Vous n’avez pas besoin de prendre la passe de la montagne pour retourner, je vous ferais marcher sur une grande route jusqu’au village, mais ne tournez jamais la tête en arrière pour regarder..” Comme il prononçait ces mots, un pont apparut et enjamba la montagne, atteignant directement la ville. Mais sans réfléchir, un des fonctionnaires se retourna pour jeter un coup d’œil et le pont s’effondra aussitôt dans la rivière et disparut. En même temps, un dragon bleu-vert encercla le sol et partit rapidement. Après quoi, deux bambous à cannelle poussèrent à cet endroit où Su Xiang Gong avait pleuré sa mère. Lorsqu’il n’y avait pas de vent le bambou suspendu se penchait pour balayer la tombe et gardaient toujours le sol propre.


Trois années plus tard, on n’entendait plus les sanglots de Su Xiang Gong, et on voyait souvent un cheval blanc errer au sommet du mont Niupi. Aussi le nom de la montagne se changea en Crête du Cheval Blanc. Des années plus tard, une grue blanche survola l’endroit et s’arrêta à l’entrée située au nord est du village. Des gens essayèrent de la frapper avec une fronde. La grue blanche marqua un panneau avec ses griffes. Les marques des griffes formèrent les mots suivants : “C’est encore l’ancienne ville, mais ce ne sont plus les anciennes personnes. Je suis revenu ici en 300 cercles de soixante années je suis Su Xian Gong, pourquoi avez vous essayer de me frapper avec votre fronde ? " Après quoi, tous les pratiquants du Dao brûlèrent de l’encens et prièrent Su Xian Gong à son ancienne maison le premier jour du cercle.

Source : http://www.pureinsight.org/node/1197


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.