Le Secrétaire du Parti de Chongqing : "Si vous embauchez de nouveau un avocat, toute votre famille aura à en pâtir " (Photo)

M. Jiang Xiqing,66 ans passés, est mort suite à la torture brutale endurée au Camp de travaux forcés de Xishaping, sa famille a cherché justice par différentes voies légales. En conséquence, ils ont été harcelés par les fonctionnaires impliqués dans sa persécution. Le 15 mai 2009, le Secrétaire du Parti communiste chinois (PCC) du district Jianglin, Wang Fenghua, a menacé la sœur aînée de Jiang Xiqing, Jiang Hong, lui disant "Qui vous a dit d'embaucher un avocat ? Si vous en embauchez un à nouveau, toute votre famille aura à en pâtir."

Vers 16h le 13 mai 2009, M. JIang Hong est allé chercher les avocats Zhang Kai et Li Fuchun de Pékin qui devaient enquêter sur la persécution de ses parents M. Jiang Xiqing et Mme. Luo Zehui. En arrivant chez lui dans le district Jiangjin, plus de trente policiers du " Bureau 610 " du district encerclaient sa maison. Ils ont arrêté la famille et les avocats et fouillé la maison. Ils ont confisqué toute leur documentation et preuves détaillant la persécution. Mme. Jiang et son frère, M. Jiang Hongbin, ont été gravement battus Les deux avocats, Zhang Kai et Li Fuchun, ont été battus, menottés, et emmenés au Bureau 610 .

Dans l'après midi du 27 janvier 2009, lorsque la famille est allée au camp de travail rendre visite à M. Jiang Xiqing, il était physiquement bien. Moins de 24 heures plus tard, sa famille a reçu un appel téléphonique du camp de travaux forcés, leur disant que M. Jiang était décédé. Sept heures après que le Camp ait déclaré la mort de M. Jiang, son fils et ses filles ont découvert que son point d'acupuncture renzhong au centre de la poitrine et son estomac et ses cuisses étaient encore tièdes. Ils sont crié "notre père est encore vivant, aidez à le ranimer, il n'est pas encore mort!" mais plus de vingt agents les ont traînés hors de la chambre réfrigérée dans le parloir funéraire.

M. Jiang Xiqing était un cadre retraité du Bureau des taxes du district Jianglin. Son épouse, Luo Zehui, avait souffert de nombreuses maladies et dépensé beaucoup d'argent en traitement médical, sans bons résultats. En 1996, elle a appris la pratique du Falun Gong, et peu après ses maladies ont été guéries. Après que M. Jiang ait vu cela, lui aussi a commencé la pratique. Le 13 mai 2008, des agents du poste de police de Youxi dans le district Jiangjin ont arrêté Mme Luo Zehui alors qu'elle rendait visite à des amis. le 14 mai, la police a pillé sa maison et arrêté M. Jiang Xiqing. M Jiang a été par la suite condamné à un an de travail forcé. Quelques jours avant les Jeux Olympiques de Pékin 2008, il a été emmené au camp de travaux forcés de Xishanping dans l'agglomération de Chongqing. Son épouse a été condamnée à une peine de huit ans de prison. Peu après le décès de son mari, elle a été secrètement transférée à la prison des femmes de Yongchuan dans l'agglomération de Chongqing.

Après la mort de M. JIang, sa famille a contacté les personnes impliqués et demandé que les responsables soient punis. Les gardes de prison au Camp de travail de Xishanping ont essayé de couvrir leurs crimes en collaboration avec le " Bureau 610 " local et les services de police. Ils ont harcelé et menacé la famille de M. Jiang , en commençant par sa fille , Ms. Jiang Hong. Plus d'une vingtaine de personnes de différents services gouvernementaux se sont rendus à son domicile, mais elle n'était pas chez elle. Ils ont alors menacé le fils de M. Jiang, , Jiang Hongbin. Ils ont aussi demandé au directeur du Bureau des taxes sur la terre , où M. Jiang Hongbin était employé, de venir. Ils ont essayé de forcer la famille à renoncer à leur demandes de justice

La police a fouillé la maison de la seconde fille de M. Jiang, Mme. Jiang Ping. Mu Chaoheng du district JIangin de la Division de la sécurité nationale et plus de vingt policiers, parmi lesquels Jiang Qi du poste de police de Dagan et Long Yongli du Bureau de gestion globale, ont pillé le domicile de Mme
Jiang Ping sans mandat. Mu Chaoheng a pris son sac à main et confisqué son téléphone portable. la police et les gardiens de prison craignant que l'information ne soit dévoilée l'ont divulguée lorsque la famille est venue voir la dépouille de M. Jiang Xiqing.

Le rapport d'examen postmortem établit clairement que M. Jiang Xiqing avait trois côtes cassées (Nos. 4, 5 et 6), suggérant que la brutalité de la police jouait un rôle dans la mort de M. Jiang.

Le rapport d'autopsie a déclaré qu'il avait trois côtes cassées (Nos. 4, 5, et 6), la peau sur sa poitrine était noire et bleue, et il y avait une hémorragie sous-cutanée. le "guasha" (un traitement populaire pour les insolations qui implique d'écorcher légèrement le cou, la poitrine ou le dos du patient) auquel le camp de travail a imputé le décés, ne résulterait pas en trois côtes cassées, une hémorragie et des contusions. Les responsables du camp de travaux forcés ont dit le 28 janvier à la famille de M. JIang qu'il était mort d'une attaque cardiaque. Le jour suivant ils avaient changé de version et imputaient sa mort au "guasha." Les preuves physiques suggèrent fortement une mort violente aux mains des gardiens du camp.


Date de l'article original : 2/6/2009

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/5/21/201339.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.