Souvenirs de M. Li Min, un compagnon de pratique qui a été persécuté à mort (photo)

Il y a quelque temps j’ai appris de tristes nouvelles: Li Min un pratiquant de Falun Dafa a été persécuté à mort. Je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer. Toutes les rencontres que j’avais eu avec lui dans le passé me sont revenues à l’esprit.

Li Min

Li Min et moi nous sommes rencontrés quand nous étions tous les deux détenus au camp de travaux forcés de Changlinzi dans la ville de Harbin.

Un jour en 2001, un compagnon de pratique m’a présenté Li Min en disant: "Voici un pratiquant de notre ville natale." Son comportement était bienveillant, honnête et innocent.

Je l’ai vu presque tous les jours après ça. J’ai remarqué que parfois le directeur voulait lui parler. Un jour je lui en ai demandé la raison en privé. Il m’a dit calmement: " Ils ont entendu dire que je travaille dans une agence financière alors ils ont pensé que je devais avoir beaucoup d’argent. Ils voulaient que je leur donne de l’argent pour me laisser retourner chez moi plus tôt. J’ai décliné leur offre parce que je ne coopérerai jamais avec eux." Plus tard, le directeur l’a laissé tranquille et n’a plus jamais eu de conversation avec lui.

Après avoir été libérés du camp de travaux forcés, nous avons travaillé ensemble sur des projets pour révéler la persécution. Li Min et moi sommes allés un jour au chef-lieu de la province pour acheter du matériel d’impression. Un vieil homme habillé comme un paysan s'est dirigé vers nous. Il voulait avoir où il pouvait acheter une imprimante/scanner. La personne à coté de lui a dit qu’elle ne savait pas. Alors que nous l'avions dépassé depuis un moment, Li Min s’est tout à coup retourné et a couru après le vieil homme. Il lui a parlé et lui a donné quelque chose. Le vieil homme est reparti tout content.

Plus tard Li Min m’a dit: "Je lui ai demandé s’il était pratiquant. En fait, il l’est. Je lui ai donc donné la carte de visite du magasin où sont vendus les imprimantes/scanners. Ce n’est pas prudent de demander des équipements informatiques quand on porte des habits de paysan." Je me suis senti honteux après avoir compris son inquiétude: pourquoi n’avais-je pas pensé à la sécurité de ce vieux pratiquant ?

Nous avons acheté beaucoup de papier et de matériel et nous avons loué une camionnette pour rentrer plus vite chez nous. Quand nous sommes arrivés à la périphérie de la ville, nous avons vu trois ou quatre véhicules de police arrêtés sur le bord de la route. Plus de dix policiers contrôlaient chaque véhicule qui passait. Je me suis senti quelque peu nerveux. Li Min m’a regardé et a dit: "Pas de panique, envoyons des pensées droites et empêchons la perversité d’interférer avec notre validation de Dafa." Alors, Li Min et moi avons envoyé des pensées droites dans la camionnette. Quand notre camionnette s’est approchée de la police, ils l’ont regardée comme s’il n’y avait rien dedans. Nous avons traversé le contrôle très doucement.

Plus tard, on m’a dénoncé à la police alors que je distribuais des dépliants de clarification de la vérité. Le responsable du poste de police a ordonné de ne laisser personne me rendre visite au centre de détention.

Pendant les cinq mois où j’étais au centre de détention, je n’avais pas de brosse à dent. C’était pire en prison. Je n’ai pas pu changer de vêtements pendant plus d’une demi année. Tous mes habits étaient abîmés et en lambeaux. Ça a été le moment le plus difficile de ma vie. Un jour, un policier m’a emmené au parloir de la prison. Quand je suis arrivé, j’ai découvert que Li Min était venu me rendre visite. Il m’avait apporté beaucoup de nourriture et des habits. J’étais sans voix et je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer. Il pensait toujours aux autres. Li Min m’a donné quelques mots d’encouragement et m’a dit qu’il me rendrait encore visite. Il est venu me rendre visite plusieurs fois. Plus tard j’ai appris qu’il avait été arrêté aussi et qu’il était détenu dans la prison de Daqing.

Après avoir été libéré de prison, je souhaitais rencontrer Li Min, mais je n’en ai pas eu la chance. Mon compagnon de pratique nous a quitté, mais son visage et son sourire apparaissent encore souvent devant mes yeux. Son souvenir m’encourage à mieux faire pendant cette période de rectification par la Loi et sauver les êtres.

Article apparenté: http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2009/6/2/107943.html

Version chinoise à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/7/20/204815.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.