Le Camp de Travaux Forcés Sanshui de la province du Guangdong gèle les pratiquants

Le Camp de Travaux Forcés Sanshui de la province du Guangdong a un jour mené plusieurs sessions de torture afin de “conquérir la forteresse coriace » dans le dessein de " réformer " ou ""transformer"" les pratiquants de Falun Gong. Ils ont recouru à la privation de sommeil, aux électrochocs, aux insultes et à l’humiliation, l’exposition prolongée au soleil, la suspension par les menottes aux poignets, le gavage forcé et des peines de travaux forcés prolongées. Ils ont également gelé les pratiquants avec des climatiseurs.

Il est incontestable que d’avoir l’air conditionné à l’intérieur d’une pièce, spécialement dans les périodes de chaleur dans le sud, est confortable. Cependant, l’air conditionné était utilisé par le Camp de Travaux Forcés Sanshui pour supplicier les pratiquants de Falun Gong. Selon des détenus du camp triés sur le volet par les autorités du camp pour surveiller les faits et gestes des pratiquants, dans chaque pièce se tenait un seul pratiquants avec un détenu non pratiquant désigné et un officier de camp. Le détenu et l’officier étaient là pour surveiller les faits et gestes du pratiquant 24 heures sur 24. La température due à l’air conditionné était extrêmement basse et les pratiquants n’étaient autorisés à porter que des shorts et des chemisettes. Les climatiseurs étaient contrôlés uniquement par l’officier du camp et personne d’autre n’était autorisé à y toucher. Le détenu pouvait, quant à lui, porter un pantalon et une veste. Après un moment dans le froid, les pratiquants commençaient à frissonner de manière incontrôlée. Les officiers se relayaient afin de contrôler la température et surveiller le moindre mouvement des pratiquants, et ils pouvaient entrer et sortir de la pièce à leur guise. Les détenus pouvaient se rendre dans d’autres pièces aux températures normales. Seuls les pratiquants n’étaient pas autorisés à se promener ou à quitter la pièce. Parfois, les détenus demandaient aux officiers de leur permettre de sortir un peu, s’ils ne pouvaient plus supporter le froid.

Parce que chaque pièce était isolée de l’extérieur, personne n’a su ce qui se passait à l’intérieur pendant un long moment. Plus tard, les gens ont fini par apprendre que beaucoup de pratiquants, qui avaient été soumis à cette torture, avaient été envoyés à l’hôpital. Ceci s’est produit entre 2004 et 2005. C’était au moment où les autorités du Camp de Travail Sanshui avaient mis en place le cinquième et sixième tour de campagne de « conquérir la forteresse coriace ». Les peines de prison de nombreux pratiquants étaient prolongées sans cesse. Certains d’entre eux ont été transférés dans d’autres camps de travail où ils ont continué à être détenus.

Le 8 août 2009

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/8/9/206174.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.