Un professeur remarquable gravement persécutée dans le camp de travaux forcés de Masanjia (Photos)

Un remarquable professeur de l’agglomération de Dalian, la pratiquante de Falun Gong Mme Liu Xia, a été emprisonnée quatre fois, simplement pour être restée ferme dans sa croyance dans les enseignements de Falun Gong. Elle a été détenue dans la division trois du camp de travaux forcés pour femmes de Masanjia, agglomération de Shenyang depuis septembre 2008, où elle a souffert une torture inhumaine.

1. En détention pendant huit des dix années de persécution
Liu Xia, 54 ans, était un professeur remarquable de l’école de formation des professeurs du district de Zhongshan, agglomération de Dalian. Depuis qu’elle a commencé à pratiquer Falun Gong, elle s’est constamment améliorée et les gouvernements provinciaux et municipaux l’ont honoré de nombreuses distinctions en conséquence..

Après que la persécution ait commencé le 20 juillet 1999, les fonctionnaires du régime communiste ont détenu Mme Liu dans la Maison d'hôte du Bureau des agents seniors de la ville pendant vingt jours dans le but de la forcer à dénoncer Falun Gong et écrire une déclaration de garantie. Ils l’ont aussi fait surveiller par deux professeurs afin de restreindre sa liberté personnelle, la rendant incapable de s’occuper de sa fille d'âge scolaire.

Mme Liu a écrit une lettre publique au personnel de son école en juillet 2002, afin de clarifier les faits à propos de Falun Gong. Collaborant avec les agents du poste de police de la rue Kuiying, le principal d’alors, Zhang, a arrêté Mme Zhang Liu et deux autres pratiquants et les ont détenus dans le poste de police de Yaojia, agglomération de Dalian. Ils ont finalement transféré Mme Liu dans le camp de travaux forcés pour femmes de Masanjia, où elle a été brutalement torturée pendant un an et demi.

Mme Liu et une autre pratiquante du comté de Xinbin, province du Liaoning ont affiché des matériaux de clarification des faits en mai 2002. Elles ont été arrêtées, et les fonctionnaires du canton de Xinbin les ont condamnées à six ans. Elles ont été enfermées dans la prison Dabei de l’agglomération de Shenyang. Par la suite, les fonctionnaires de son école ont renvoyé Mme Liu, et son époux a divorcé.

L’ex-époux de Liu Xia l’a dénoncée le 15 septembre 2008, et elle et deux autres pratiquants ont été arrêtés au domicile de l’ex-époux. Les personnels du poste de police de Hutan, agglomération de Dalian et de la division de la sécurité intérieure ont participé à l’arrestation. Mme Liu a été condamnée à trois ans de travaux forcés, et dés lors, détenue dans la division trois du camp de travaux forcés de Masanjia.

Mme Liu a été emprisonnée huit ans sur les dix depuis que le régime communiste a débuté la persécution de Falun Gong.


2. ‘’Torture de l’étirement’’
Dans la soirée du 17 mars 2009, parce que Mme Liu refusait de réciter les règlements de la prison et d’effectuer le travail forcé , la gardienne Zhang Zhuohui l’a soumise à la ‘’torture de l’étirement’’ pendant plus de 14 heures.

La ‘’torture de l’étirement’’ implique que des gardes étirent les bras des pratiquants au maximum, dans deux directions, puis lient étroitement les poignets à des objets sur les deux cotés, de façon à ce que le
pratiquant ne puisse ni pencher le corps ni rester debout pendant une longue durée. Dans une telle position, bouger même un tout petit peu cause d'extrêmes douleurs. Le personnel de Masanjia utilise souvent cette méthode de torture brutale pour forcer les pratiquants à obéir aux ordres et renoncer à leur croyance.

On the evening of May 2, 2009, Ms. Liu hand-copied Zhuan Falun and clarified the truth to guard Zhang Zhuohui. However, Zhang not only would not to listen to what Ms. Liu told her, but she also locked Ms. Liu up in a small storage room. The labor camp uses this room to torture practitioners. Two metal stands are placed on two sides of the room. Zhang first forcibly stretched Ms. Liu's hands to the extreme opposite directions, and then handcuffed her to the metal stands. Ms. Liu was immobilized like this from the evening of May 2 until the afternoon of May 4, for 53 hours. She had to stand, stretched between the two metal stands for this entire time. She was forbidden to eat, use the toilet, and was deprived of sleep during this period.

Dans la soirée du 2 mai 2009, Mme Liu copiait Zhuan Falun à la main et a clarifié les faits à la gardienne Zhang Zhuohui. Cette dernière, n'a non seulement pas écouté ce que Mme Liu lui disait, mais elle l’a enfermée dans une petite pièce de stockage. Le camp de travail utilise cette pièce pour torturer les pratiquantes. Deux supports en métals ont placés des deux cotés de la pièce. Zhang a commencé par étirer violemment les mains de Mme Liu à leur maximum dans des directions opposées, puis les a menottées aux supports de métal. Elle a été immobilisée de la sorte de la soirée du 2 mai jusque dans l’après-midi du 4 mai, pendant 53 heures. Elle a dû rester debout, étirée entre les deux supports de métal pendant toute cette période. Il lui était interdit de manger, d’utiliser les toilettes, et elle a été privée de sommeil durant tout ce temps.

Dans l’après-midi du 4 mai, alors que Mme Liu protestait contre la torture brutale, les gardes Zhang Jun, Zhang Zhuohui, et Zhang Lei ont intensifié la torture. Ils lui ont bandé les yeux et l’ont attachée étroitement. Zhang Zhui et Zhang Lei ont tiré sur les menottes avec tant de force que les bras de Mme Liu étaient étirés à l’extrême, mais elles n’ont pas arrêté. La déchirure de ses membres était atrocement douloureuse, en tirant sur les menottes, les gardes hurlaient férocement : ‘’Nous n’avons pas besoin d’être sauvées. Demande à ton maître de venir et de te sauver.’’ Les menottes serrées entaillaient profondément les chairs de Mme Liu et ont laissé des cicatrices encore visibles deux mois plus tard.


3. Menottée et attachée à un lit
Afin de forcer les pratiquantes à renoncer à leur croyance, les fonctionnaires du camp les ont fréquemment obligées à accomplir des ‘’travaux ménagers idéologiques et moraux,’’ en calomniant Maître Li et louant le Parti communiste chinois (PCC). Les pratiquantes qui refusaient d’obéir étaient souvent torturées avec une méthode appelée ‘’totalement ligotée.’’

Dans la soirée du 14 juin 2009, le garde Zhang Jun a menacé Mme Liu alors qu’elle refusait d’accomplir les ‘’tâches ménagères’’ pour le camp, disant : ‘’Si tu ne t'acquittes pas de ces tâches, je te punirai demain.’’ Au matin du 15 juin, la gardienne Huang Haiyan a emmené Mme Liu dans le bureau de Donggang. C’est dans ce bureau que les pratiquantes sont torturées alors qu'elles sont menottées et enchaînées. Là, se trouvent des lits superposés de métal. Les gardes Zhang Jun, Zhang Huan et Huang Haiyan ont bandé les yeux de Mme Liu et l’ont ligotée. Pour éviter de laisser des marques de tortures sur ses poignets, ils ont attaché deux gants de toilettes épais autour de ses poignets. Puis, ils l’ont menottée et ont tiré ses bras de part et d’autre, de toutes leurs forces. Saisissant les cheveux de Mme Liu, Zhang Jun a appuyé sur sa tête et son dos avec force alors que Zhang Huan et Huang Haiyan tiraient les menottes vers l’extérieur aussi fort qu’elles le pouvaient. Puis, elles l’ont ligotée sur le lit de métal avec des cordes. Immédiatement les mains de Mme Liu sont devenues d’un froid glacé, engourdies, noires et ont perdu toute sensation. Voyant cela, les gardes lui ont maintenu de force les doigts ouverts et ont frappé constamment ses bras. Elles craignaient que sa circulation sanguine ne s’arrête, handicapant ses bras, laissant ainsi des preuves de torture. Elles ont un peu ouvert les menottes et les ont resserrées à nouveau, une fois que ses mains allaient mieux. Elles ont fait cela à répétition jusqu’à ce que Mme Liu perde conscience.

Dés que Mme Liu a perdu connaissance, les gardes ont saisi un de ses doigts et l’ont pressé sur les trois déclarations qu’ils avaient fabriquées. Ils ont aussi écrit des mots calomniant Maître Li sur son corps. Lorsqu’elle est revenue à elle, Zhang Huan a déclaré : ‘’Ce sont tes trois déclarations.’’ Elle les a aussi lu à Mme Liu. Cette dernière a fermement averti Zhang Huan : ‘’Vos actions ont violé la loi. Vous avez fait les choses les plus méprisables, obscènes et honteuses de l’histoire humaine. Que sont les ‘trois déclarations’ ? Je ne les reconnais absolument pas.’’

Excepté son ex-époux, Mme Liu n’a pas de famille dans l’agglomération de Dalian. N’ayant plus de revenus, elle n’a pas d’endroit où vivre. Sa santé mentale et physique est anéantie.


4. Torture brutale dans le camp de travaux forcés de Masanjia
Le camp de travaux forcés de Masanjia se trouve sous la juridiction du ministère de la justice du régime central communiste chinois. C’est l'endroit central où le PCC torture et fait subir des lavages de cerveau aux pratiquants de Falun Gong. Le ministère de la justice a autrefois construit Masanjia pour un million de yuans afin d’étendre ses ‘’conditions environnementales’’. Les fonctionnaires de haut niveau du régime, Luo Gan et Liu Jing s’y sont rendus pour surveiller personnellement la persécution des pratiquantes. Parmi la presque centaine de méthodes de torture utilisées à Masanjia, nous avons listé ici les plus souvent utilisées. Les photographies suivantes sont des mises en scène illustrant ces tortures.


Cinq méthodes de menottages frequemment utilisées:
1. Menotter dans le dos (Menotter les pratiquants dans une posture atrocement douloureuse)

Les mains du pratiquant sont attachées derrière son dos. Il doit faire face à un mur, et quelquefois, porter un casque. Puis les gardes choquent les bras du pratiquant avec des matraques électriques.

Quelques minutes plus tard, il ne peut plus bouger ses bras, et a l’impression que les articulations sont disjointes.

Les menottes sont si serrées qu’elles entaillent la chair, faisant enfler et perdre toute sensation dans les bras.

2. Suspendu à une conduite de chauffage

Les mains du pratiquant sont menottées et il est suspendu à une conduite de chauffage. Deux clips de fer se trouvent à 1.8 mètres de haut sur les tuyaux. Lorsque le pratiquant est suspendu dans les airs, les menottent entaillent les chairs, ce qui est atrocement douloureux. Les bras de certains pratiquants finissent handicapés suite à cette torture. En décembre 2002, Mme Wang Yulan du district de Chaoyang (alors âgée de 49 ans) a été suspendue à des conduites de chauffage. Les gardes Wang Xiaofeng et Xue Feng ont gravement brûlé sa main droite, et sa chair a été mise à nu. Plus tard, son bras gauche a été handicapé, il n’est toujours pas guéri, et elle a depuis, perdu sa capacité de travailler. La pratiquante Sun Jiping a été trâinée jusqu'au bureau et menottée à des conduites de chauffage en mars 2005, pour avoir refusé d’être alimentée de force.


3. Ligotée dans la posture de l' ‘’Aigle éployé’’

Les bras des pratiquants sont étirés à l’extrême dans des directions opposées et attachés sur deux cotés d’un cadre de lit, seuls les orteils touchent le sol. Le corps a la forme d’un ‘’aigle déployé’’. Puis, les gardes battent brutalement et choquent le pratiquant avec des matraques électriques. Les pratiquants soumis à cette torture sont normalement suspendus de la sorte pendant plusieurs jours.


4. Ligoté et suspendu dans les airs

Les bras d’un pratiquant de Falun Gong sont ligotés et étirés vers l’extérieur au maximum, puis, il est suspendu les mains derrière son dos au montant latéral supérieur de lits superposés. Ses pieds ne peuvent toucher le sol. Cette torture prolongée rend les bras infirmes. En décembre 2002, le garde Dong Shuxia a torturé le pratiquant Yang Yanting (36 ans, de l’agglomération de Dalian) de cette façon pendant 15 heures. Ses bras étaient handicapés.


5. Accroupissement immobile à long terme

Les pratiquants sont menottés à la barre de métal latérale d’un lit, leur dos et leur fesses comprimés de force sous le lit. C’est extrêmement douloureux. Par conséquent, le dos de certains pratiquants est blessé, et ils sont incapables de se tenir droit. La durée de cette torture varie de quelques heures à dix jours, voire plus. Il s’agit de la méthode la plus communément utilisée à Masanjia pour réformer les pratiquants. En octobre 2002, la pratiquante Song Xiuting de l’agglomération de Tieling, province de Liaoning, âgée de 30 ans, a été soumise à cette torture par le garde Dong Shuxia.


Gardes du camp de travaux forcés pour femmes de Masanjia:
Chef de division : Zhang Jun, chef adjoint, Zhang Zhuohui
Chefs d’équipe : Huang Haiyan, Zhang Huan, Zhang Lei, Cui Hong

collaboratrices ayant participé à la persécution des pratiquantes: Zhao Yonghua et Yuan Shuzhi.

Version chinoise disponible à :
http://minghui.org/mh/articles/2009/7/29/205487.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.