Des pratiquantes torturées au camp de travaux forcés pour femmes de Chongqing

Quand les pratiquantes arrivent au camp, elles sont forcées de faire dix à vingt heures de soi-disant « entraînement militaire. »

1. Faites face au mur et tenez-vous debout sans bouger. 2. Accroupissez-vous avec le genou droit au sol et le genou gauche plié à 90 degrés. On ne permet pas aux pratiquantes de changer de jambe pendant des heures.

La plupart des pratiquantes au camp sont dans la soixantaine. Plusieurs d’entre elles ont le corps gravement enflé et les jambes déformées à cause de « l'entraînement militaire. » Les pratiquantes qui sont incapables physiquement de participer à la formation, seront harcelées, battues, disputées et insultées. Les gardes confisquent également les biens personnels des pratiquantes.

Quelques pratiquantes ont cédé sous la torture intense. Elles ont été forcées de regarder des vidéos et de lire les livres diffamant le Falun Gong. Avant de rentrer pour la nuit, elles sont forcées de rédiger un rapport de leurs compréhensions et qu’elles acceptent les règlements du camp. Si le rapport des pratiquantes ne satisfait pas aux exigences du camp, les pratiquantes sont privées de sommeil jusqu'à ce que les gardes soient satisfaits du rapport. Après un certain temps de lavage de cerveau, les pratiquantes sont forcées d'écrire les trois déclarations et de renoncer au Falun Gong. Si elles se soumettent à la demande, elles ne doivent plus participer à l'entraînement militaire mais seront mises sous surveillance vingt-quatre heures sur vingt-quatre et devront effectuer de lourdes tâches.

Les pratiquantes transformées ne sont que relativement plus libres, mais n'échappent pas à la surveillance. Sans compter le dur travail, elles continuent à assister à diverses sessions de lavage de cerveau. Si on décèle une seule pensée qui ne se conforme pas à l’idéologie du camp, elles doivent de nouveau faire l'entraînement militaire.

Les pratiquantes qui reviennent sur les trois déclarations seront isolées et forcées à l'entraînement militaire jusqu'à 2 ou 3 heures du matin chaque jour.

Cas de persécution

1. Mme Fang Min, 51 ans, de Qijiang, a été emprisonnée au camp de travaux forcés pour femmes de Chongqing à Maojiashan, Chongqing, de 2002 à 2003. En juillet 2008, elle a de nouveau été arrêtée et emprisonnée au camp de travail de Chongqing. Elle a été battue par les gardes Zhou Yi et Wang Tingjun le jour où elle est arrivée au camp. Elle a fait une grève de la faim pour protester envers la persécution. Un jour, Mme Fang a dit à la garde Shu Chang qu'elle n'aurait pas dû lui injecter de drogues qui ont endommagé sa santé lors de son emprisonnement antérieur. Shu a giflé Mme Fang.

Mme Fang a été diagnostiquée avec des fibroïnes utérines en mai 2008. Elle a été libérée pour traitement médical pendant un mois en juillet mais est revenue au camp et n'a pas été libérée depuis.

2. Mme Huang Shuhua, 59 ans, de Changshou, a été amenée au camp de travaux forcés pour femmes de Chongqing en septembre 2007. Le garde Zhou Yi l'a amenée dans une salle d'isolement et lui a marché sur les doigts. Un garde a versé de l'eau bouillante dans le dos de Mme Huang. Elle a été forcée de subir le lavage de cerveau et a cédé sous la pression à être « transformée ». En décembre 2008, Mme Huang a écrit ses véritables pensées lors d’un examen du camp. Elle et deux autres pratiquantes qui avaient renoncé à être « transformées », Mme Luo Youming et Mme Qiu Shengshu, ont été emmenées en cellule d'isolement et cruellement torturées.

3. Mme Qiu Shengshu, 69 ans, de Liangping, a été détenue dans une cellule d'isolement en décembre 2008. Avant sa libération en avril 2009, elle a été forcée de participer à l'entraînement militaire quotidiennement.

La détenue Wang Haiyan a maltraité Mme Qiu fréquemment. Wang avait 23 ans et c’était sa troisième fois au camp pour toxicomanie. Wang a souvent injurié Mme Qiu en utilisant un langage vulgaire. Elle a souvent battu des pratiquantes.

4. Mme Huang Zhenglan, 36 ans, de Changshou, est arrivée au camp de travaux forcés pour femmes de Chongqing en février 2009. Les gardes Hu Xiaoyan, Chen Zhi et Hu Hao l'ont battue peu de temps après son arrivée. Mme Huang a été enfermée dans une cellule d'isolement. Pendant les deux mois dans cette cellule, le garde Zhao Yuanyuan a ordonné aux collaboratrices Ding Xia et Shi Mei de la torturer. Elles l’ont saisie par les cheveux et lui ont cogné la tête contre le mur. Elles l'ont saisie et jetée au sol. Il était interdit à Mme Huang de s'asseoir en mangeant. Ses jambes ont enflé sous la torture. Certaines de ses amies lui ont envoyé des mouchoirs et des produits d'hygiène, mais les collaboratrices les ont volés. Quand Mme Huang a eu ses menstruations, elle a dû déchirer son pantalon pour l’utiliser comme serviettes sanitaires.

Mme Huang a été brutalement torturée d'octobre 2005 au mois d’août 2006. Pendant les deux premiers mois, les collaboratrices l'ont battue chaque jour. Elle a été gavée de drogues. Le garde Hu Xiaoyan a ordonné aux collaboratrices de maintenir Mme Huang au sol et à une personne de s'asseoir sur son estomac. Elles lui ont pincé le nez et la gorge et lui ont ouvert la bouche de force avec des brosses à dents. Après avoir gavé Mme Huang avec des drogues non identifiées, elle tremblait, avait des convulsions et faisait des bruits étranges. Les gardes l'ont transportée à la clinique de la prison et le médecin a dit qu'elle n'allait pas mourir. Mme Huang a refusé de manger parce que les collaboratrices ne la laissaient pas utiliser les toilettes. Les gardes ont dit qu'elle avait commencé une grève de la faim et ont ordonné à Zhao Yuanyuan de la gaver de force avec du lait de soja. Les gardes ont endommagé la gorge de Mme Huang lors du gavage forcé. Boire de l'eau et avaler la nourriture lui causait une douleur atroce dans la gorge. Ses dents branlaient et l'ont fait souffrir pendant plusieurs mois après le gavage brutal forcé.

La garde Chen Xiaoqin a ordonné aux collaboratrices de déshabiller Mme Huang et d’écrire des mots diffamant le Falun Dafa et Maître Li sur son corps. Chen a traîné Mme Huang en bas pour l'humilier en public et l'a insultée davantage en disant que les pratiquantes n’avaient aucune honte de se promener nue.

Mme Huang a souvent été forcée de se tenir debout ou de s'accroupir pendant longtemps. On lui a interdit de prendre une douche pendant des mois. Elle a dû s'accroupir et se tenir debout pendant de longues périodes. Elle a été privée de sommeil. Les gardes ont forcé Mme Huang à copier des livres avec l'idéologie communiste. Elle devait s'accroupir quand elle les écrivait et çà lui a pris quatre mois pour copier les livres. En plus de la privation de sommeil et du lavage de cerveau, Mme Huang a également été forcée de faire de lourdes tâches tout en étant accroupie.

5. Mme Zhang Zhifen, Mme Fu Rufen, Mme Zhao Jiayu, Mme Yue Chunhua et Mme Dong Daoqun sont toutes dans la cinquantaine. Pendant les neuf mois au camp, les gardes les ont forcées à se tenir sous le soleil brûlant en été et sous des températures glaciales en hiver. Elles ont dû se tenir debout ou s'accroupir pendant longtemps.

Mme Yue n’a pas reçu de nourriture pendant une journée et n'était autorisée à utiliser les toilettes qu’une fois par jour.

Mme Zhao Jiayu et Mme Zhang Zhifen ont été torturées dans une cellule d'isolement. Mme Fu a été gavée avec des drogues non identifiées. Mme Zhao a été battue et frappée à coups de pied.

Mme Huang Wanjiang a annulé ses trois déclarations et a été battue par les gardes.
Mme Shen Fengmei a annulé les trois déclarations qu'elle avait signées.
Mme Qiu Cuixiang et Mme Liu Hefang ont été torturées dans des cellules d'isolement. Elles sont devenues si faibles qu’elles ne pouvaient plus marcher sans aide.
Mme Yang Zhenchang est de Changshou. Elle a été torturée par les collaboratrices.

Traduit de l’anglais au Canada

Version chinoise :
http://minghui.ca/mh/articles/2009/12/10/214188.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.