France - Discours prononcé par David Kilgour le 3 décembre 2009 dans le contexte d'une Conférence à l'Assemblée nationale : "Prélèvements d’organes sur des prisonniers du Falun Gong en Chine"

Le 3 décembre 2009, lors d'une conférence à l'Assemblée nationale sous le patronage de Madame Françoise Hostalier, Députée du Nord et ancien Secrétaire d'État, David Kilgour, avocat ayant occupé les fonctions de député puis de secrétaire d'État du Canada pour la région Asie-Pacifique a présenté son nouveau livre : Bloody Harvest : The Killing of Falun Gong for their organs (Prélèvements meurtriers, l'assassinat des pratiquants de Falun Gong pour leurs organes) co-écrit avec un autre éminent avocat canadien, David Matas spécialiste des droits internationaux de la personne et membre de l'Ordre du Canada 2008.

Sont également intervenus à cette occasion M.Michel Wu ancien chef de service de l'émission en mandarin et rédacteur en chef à RFI, et le Professeur Francis Navarro, chef du service de chirurgie hépato-digestive et de transplantation au CHU de Montpellier et professeur à la faculté de médecine de Montpellier.
Étaient également présents le professeur Yves Chapuis, de l'Académie de médecine, Catherine Coste, qui joue un rôle de médiation éthique entre le milieu hospitalier, politique et les usagers de la santé, dans le domaine des transplantations d’organes, des assistants parlementaires et des journalistes et représentants d'ONG.


Ci-dessous la retranscription du discours prononcé par David Kilgour
:


Avant de commencer, permettez-moi de souligner immédiatement le respect et l’affection que j’ai pour le peuple chinois. J’ai visité la Chine en tant que Secrétaire d’État (Asie-Pacifique) du Canada et comme simple particulier. Ce fut un honneur de représenter au Parlement du Canada pendant presque 27 ans de nombreux canadiennes et canadiens d’origine chinoise. Eux m’ont beaucoup appris sur leur histoire, leur culture, leurs inventions, leur résistance nationale et d’autres capacités.

Des sentiments similaires obligent les amis de la Chine dans le monde entier à continuer à parler en faveur de la dignité de son peuple. Le Parti communiste accuse ses détracteurs d’être « anti-Chine ». En réalité, c’est le parti qui est « anti-Chine » étant donné la façon dont il n'a cessé d'exploiter ses concitoyens et leur environnement naturel pendant six décennies (je ne parlerai pas ici du rôle analogue joué par le parti en Birmanie, au Soudan, au Zimbabwe et ailleurs dans le monde). La plupart des chinois continuent à être maltraités par l’Etat-Parti et les employeurs, dont certains opèrent aujourd’hui à travers le pays tels les barons voleurs américains du 19ème siècle. Cela explique en partie pourquoi le prix des produits de consommation "Made in China" semble si bas, ce sont les travailleurs, leurs familles et l'environnement naturel qui en paient le prix.

Des défenseurs chinois des droits de l’homme, tel que Gao Zhisheng, nominé au prix Nobel de la paix et à présent disparu, illustre ce phénomène. En 2004, Gao a défendu un pratiquant de Falun Gong qui avait été condamné sans procès à un camp de travail. En apprenant que le tribunal avait refusé d'entendre l'affaire due aux « ordres d'en haut», Gao a écrit au Congrès national du peuple et plus tard a envoyé trois lettres aux autorités supérieures de Pékin. Dans l'une, il parlait de l'enquête qu'il avait faite sur la persécution du parti à l’encontre du Falun Gong, de l’ « indescriptible violence endurée par notre bon peuple » entre les mains de ses agents, et combien la dizaine de jours passés à interviewer les pratiquants de Falun Gong était une « atroce expérience ».

La licence de Gao lui à été retirée et son cabinet a été fermé. Sa femme et sa fille ont été attaquées par la police. Il a été emprisonné et torturé au cours d'une terrible période de cinq semaines et il est à présent « tenu au secret dans un endroit inconnu », selon Amnesty International.

Il est vrai que quel que soit le gouvernement de la Chine, il fait face à d’énormes défis pour maintenir la croissance et la création d’emplois sur une échelle massive. Beaucoup de gens ont amélioré leur niveau de vie depuis que le gouvernement a décidé de mettre au rebut « le commandement et le contrôle » de l’économie. Cela a représenté un coût beaucoup trop élevé en termes de dignité humaine et ne peut être soutenu dans le long terme. Le peuple de Chine, que ce soit dans les rues de Pékin, de Lhassa, d’Urumqi ou mille autres endroits à travers le pays, a dit très clairement que « cela suffit ». Les amis du peuple chinois partout dans le monde doivent soutenir ces voix appelant à la justice. Aucune communauté en Chine n’est plus brutalement persécutée que le Falun Gong.

Les camps de travail forcé
Depuis 2006, en travaillant à notre rapport sur le prélèvement d’organes du Falun Gong, David Matas et moi-même avons visité une dizaine de pays pour interroger les nombreux adhérents envoyés en camps de travail en Chine depuis 1999, et ayant réussi à quitter ces camps et le pays lui-même. Ils nous ont dit qu’ils travaillaient dans des conditions épouvantables plus de seize heures par jour sans rémunération, avec peu de nourriture, entassés à même le sol pour dormir et étaient torturés. Ils fabriquaient des produits d’exportation, - des vêtements aux baguettes et aux décorations de Noël- pour des entreprises multinationales en tant que sous-traitants. Ce qui bien sur, constitue une grave irresponsabilité de la part des grandes entreprises et une violation des règles de l’OMC.

Les camps de travail, opérant hors du système juridique, permettent d’y envoyer n’importe qui pour plus de quatre ans sans la moindre procédure judiciaire. Il existe un lien de causalité évident entre le travail non volontaire accompli depuis 1999 par des dizaines de milliers de pratiquants du Falun Gong et d’autres prisonniers dans ces camps et la perte d’emplois manufacturiers en Amérique, au Canada et ailleurs. Selon une estimation le nombre de camps à travers la Chine à partir de 2005 était de 340, ayant une capacité de près de 300,000 détenus. Selon un rapport de 2007 du gouvernement américain, au moins la moitié de détenus dans les camps sont des pratiquants de Falun Gong. C’est la combinaison d’une gouvernance totalitaire où « tout est permis » dans l’économie, je l’appelle « l’économie carnivore » qui permet que de telles pratiques inhumaines persistent. Les États-Unis et d’autres pays devraient interdire les exportations résultant du travail forcé en introduisant une législation qui oblige tous les importateurs à prouver que les marchandises ne sont pas produites par des esclaves.

Par exemple, la pratiquante de Falun Gong Crystal Chen. Ses propres expériences avec l’alimentation forcée et la privation prolongée de sommeil restent vivants dans sa mémoire. Dans le centre de détention de Tianhe, elle a été jetée sur le plancher de sa cellule et immobilisée par quatre grands hommes. Une bouteille d’eau a été coupée en deux pour l’utiliser comme entonnoir. Ils ont versé un demi-kilo de sel dans la bouteille avec une petite quantité d’eau.

Ses yeux étaient couverts d’un linge sale. Les gardes ont poussé le goulot de la bouteille contre les dents de Chen et ont essayé de fouiller sa bouche ouverte avec une brosse à dents usagée. Elle a résisté, sachant que le sel pourrait la tuer. Chen a dit : « Le sel allait partout dans ma bouche et mon nez…j’ai vomi du sel et du sang les jours suivants sans pouvoir manger. Mes gencives étaient pleines de sang, je pouvais à peine parler. Ils m’ont encore menotté. « Un pratiquant masculin, Gao Xianmin, est décédé après avoir subi la même torture.

Malgré tout, Chen souligne que les pratiquants de Falun Gong, s’ils sympathisent peu avec le parti, ne recherchent aucune implication dans la politique chinoise, « seulement mettre fin à la persécution qui a déjà plus de dix ans…J’aime la Chine, je suis fière des milliers d’années de civilisation chinoise et fière d’être chinoise…je me réjouis de la renaissance des valeurs authentiques chinoise et de la dignité, y compris l’authenticité, la compassion et la tolérance ».

Le Meurtre de Pratiquants du Falun Gong pour leurs organes
David Matas et moi en sommes arrivés à la conclusion que les pratiquants de Falun Gong ont été et sont tués pour leurs organes. Nous avons écrit un rapport qui a aboutit à cette conclusion, le premier est sorti en juillet 2006. Il y en a eu une seconde version en 2007. Un troisième sous la forme de livre a été publié ce mois-ci sous titre de Bloody Harvest.

Falun Gong est essentiellement un ensemble d’exercices avec un fondement spirituel qui a commencé en Chine en 1992. Initialement, le gouvernement a encouragé la pratique comme étant bénéfique pour la santé. En 1999, il était si populaire que le Parti a eu peur que sa propre domination idéologique et numérique soit menacée. Le nombre de personnes qui pratiquaient le Falun Gong dans toute la Chine est passé pratiquement de zéro en 1992, selon une estimation gouvernementale à 70-100 millions de personnes. La pratique a donc été interdite.

Les pratiquants ont été invités à se rétracter. Ceux qui ont continué à pratiquer et ceux qui ont protesté contre l’interdiction ont été arrêtés. S’ils se rétractaient après leur arrestation, ils étaient libérés. S’ils ne le faisaient pas, ils étaient torturés. S’ils se rétractaient après avoir été torturés, ils étaient ensuite été libérés. S’ils ne se s’étaient pas rétractés après avoir été torturés, ils disparaissaient dans le système de détention chinois ou du travail forcé.

Qu’est il arrivé aux disparus ? Notre conclusion est que beaucoup d’entre eux ont été tués pour leurs organes, qui ont été vendus aux touristes nécessitant une greffe chirurgicale. Il faudrait trop de temps pour définir comment nous en sommes arrivés à cette conclusion. Nous vous invitons à lire notre rapport, qui se trouve sur Internet (accessible à www.david-kilgour.com) ou notre livre. En résumé, voici trois des dizaines de preuves qui nous ont amenés à une telle conclusion :

1) Seuls les pratiquants du Falun Gong dans les camps de travail et les prisons sont systématiquement soumis à des examens physiques et du sang. Ces tests ne sauraient être motivés par des préoccupations pour la santé des pratiquants, qui sont également systématiquement torturés. Les tests sont nécessaires pour les transplantations d’organes en raison de la compatibilité de groupe sanguin entre la source des organes et le destinataire. Par exemple, Crystal Chen, mentionnée ci-dessus, pendant trois ans dans son camp a subi des tests médicaux à plusieurs reprises, dont deux analyses de sang. Les analyses de sang ont causé des problèmes avec d’autres détenus qui pensaient qu’il s’agissait d’une assistance médicale particulière réservée au Falun Gong. Aucun des deux groupes ne semblait connaitre le vrai but de ces tests.

2) Les sources traditionnelles de greffes sont les prisonniers condamnés à mort et exécutés, les donneurs bénévoles, les cas de mort cérébrale/cœur vivant, sont loin d’expliquer le nombre de transplantations en Chine. Il n’existe pas un système organisé de don d’organes. Il n’existe aucune loi permettant le prélèvement d’organes à partir de morts cérébrales-cœur vivant. Il y a une aversion culturelle pour le don d’organes et le prélèvements d’ organes de morts cérébrales. Il n’y a pas de compatibilité nationale d’organes ou un système national de distribution en Chine, ce qui signifie qu’il y a un énorme gaspillage d’organes.

La seule source importante pour les greffes d’organes en Chine, avant la persécution des pratiquants du Falun Gong, a commencé par les prisonniers condamnés à mort et exécutés. Le nombre de transplantations d’organes en Chine a connu une augmentation fulgurante, peu après l’interdiction de la pratique du Falun Gong. Par contre le nombre de personnes condamnées à mort et exécutées n’a pas augmenté.

3) Nous avons téléphoné à des hôpitaux à travers la Chine, nous faisant passer pour des proches de personnes nécessitant des transplantations d’organes. Dans une grande variété d’endroits, ceux qui étaient appelés ont affirmé que les pratiquants de Falun Gong (connus pour être en bonne santé à cause de leur régime d’exercice) étaient la source des organes.

Depuis que notre rapport est sorti, les lois et pratiques en Chine ont changé : depuis mai 2007 une loi chinoise sur les greffes exige que les transplantations soient réalisées uniquement dans les hôpitaux inscrits. Le Ministère de la santé a annoncé qu’à partir du 26 juin 2007, les patients chinois auront un accès prioritaire à la transplantation d’organes sur les étrangers. L’annonce a aussi interdit à toutes les institutions médicales la transplantation d’organes pour des touristes étrangers. Le gouvernement a annoncé en août 2009, que la Croix Rouge de Chine a mis en place un système de don d’organes, mais seulement comme un projet pilote dans dix endroits.

Toutefois, malgré ces changements, les abus continuent. Les destinataires ont changé, de l’étranger au développement local, mais les sources restent sensiblement les mêmes. Le gouvernement nie que les organes pour les transplantations proviennent de prisonniers qui sont des pratiquants de Falun Gong. Pourtant, le gouvernement admet s’approvisionner en organes presque entièrement de prisonniers exécutés. Le seul débat que nous ayons avec le gouvernement est quel groupe de prisonniers est la source des organes.

« Ils ne donnent pas leur consentement »
Les prisonniers qui sont la source des organes n’ont pas donné leur consentement. Le Vice-ministre de la Santé, Huang Jiefu, s’exprimant lors d’une conférence de chirurgiens dans la ville méridionale de Guangzhou en Novembre 2006, a déclaré dans son discours, « trop souvent les organes proviennent des personnes qui ne donnent pas leur consentement ». La loi chinoise sur les greffes promulguée en 1984, prévoit le don involontaire de « corps ramassés morts ou ceux que les membres de famille refusent de reconnaître ». Le gouvernement de la Chine admet que l’approvisionnement en organes sur des prisonniers est erroné. Huang au moment de l’annonce d’un projet de don d’organes pilote a déclaré que l’exécution de prisonniers « n’est certainement pas une source adéquate pour les transplantations d’organes ». Ce principe, que les prisonniers ne sont pas une source appropriée d’organes est accepté par la Société de transplantation et l’Association médicale mondiale.

Ainsi, la question devient, que va faire l’autorité de la loi face à la violation de l’éthique de la transplantation mondiale par le gouvernement chinois ? Notre rapport et le livre ont une longue liste de recommandations. Compte tenu du manque du temps, je n’en citerai ici que deux :

Une possibilité est une loi extra-territoriale. La politique du gouvernement de Juin 2007 donne la priorité aux patients chinois, cela a réduit le tourisme de transplantation en Chine, mais une telle législation serait néanmoins une utile déclaration du principe universel. Le genre de greffes auxquelles le système médical chinois se livre est illégal partout dans le monde. Mais il n’est pas illégal pour un étranger d’aller en Chine et de bénéficier d’une greffe qui serait illégale chez-lui puis de revenir. La législation de transplantation étrangère est partout territoriale. Il n’a pas de portée extra-territoriale. Des nombreuses autres lois sont globales. Par exemple. Les touristes sexuels impliquant des enfants peuvent être poursuivis non seulement dans les pays où ils ont eu des rapports sexuels avec des enfants, mais également chez eux. Une telle législation n’existe pas pour les touristes qui paient pour la transplantation d’organes sans se soucier de savoir si le donneur d’organes était consentant.

Une deuxième recommandation est que toute personne connue pour être impliquée dans le trafic des organes de prisonniers en Chine, devrait se voir interdire l’entrée par tous les pays étrangers.

Conclusion
Toute personne ayant un accès non censuré à internet, ce qui malheureusement n’inclut pas les usagers chinois, peut obtenir les derniers renseignements sur l'état épouvantable de la dignité humaine dans toute la Chine, des sources indépendantes suivantes parmi d’autres :

Droits de l'homme en Chine: www.hrichina.org
Human Rights Watch: http://www.hrw.org/en/search/apachesolr_search/china
Amnesty International: http://www.amnesty.org/en/region/china
Falun Gong: http://www.clearwisdom.net/html/articles/2009/11/10/112222.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.