Quelques réflexions concernant le départ de Google de Chine

Google a récemment annoncé qu'il déménageait son moteur de recherche en langue chinoise de la Chine continentale vers Hong Kong et en même temps, cessait de censurer le contenu de recherche tel qu'exigé par le gouvernement communiste chinois.


Le Département central de la propagande du Parti communiste chinois (PCC) a récemment interdit toutes nouvelles se rapportant à Google. Les reportages d'actualité sur le continent chinois n'utilisent que les matériaux de l'agence Xinhua – principal média du régime. Toutes les autres sources sont interdites. Le PCC a également ordonné que les émissions débats ne se réfèrent exclusivement qu'aux sites Internet du régime chinois. Aucun forum ou blog ne peut être mis en place et les rapports d'enquête ne sont pas autorisés. Les débats sur l'incident Google doivent tous faire approuver leur contenu avant d'être diffusés. Les programmes non autorisés sont strictement interdits. Les commentaires dans les bulletins de nouvelles doivent être gérés avec soin. Ces mesures sont un signe révélateur du sérieux avec lequel le régime chinois prend cette affaire.


Bloquer des informations positives concernant le Falun Gong est une partie clé de ce que Google a du faire pour entrer sur le marché chinois


Selon une étude récente du professeur John Palfrey de l'Université de Harvard concernant le blocus des nouvelles sur Internet par la Chine ainsi qu'une enquête similaire de journalistes d'Epoch Times, la probabilité qu'un site Web pornographique soit bloqué en Chine est de 10%. 48% de sites Web contenant les mots "Incident du 4 juin" (la façon dont la Chine se réfère au massacre de la Place Tienanmen de 1989) sont bloqués. 60% de ceux discutant en général d'idée anti communiste le sont également. En comparaison les Neuf commentaires sur le Parti communiste sont eux bloqués dans 90% des cas et les pages Web contenant des commentaires positives à propos du Falun Gong sont bloqués à 100%.


Selon la fonctionnalité de base de Google, environ 3% des recherches pour Falun Gong font remonter la propagande négative du PCC. Mais afin de bloquer les autres contenus, le régime chinois a remplacé cette fonctionnalité par celle décrite comme ayant "les caractéristiques chinoises", c'est à dire qui filtre toute information positive concernant le Falun Gong.


Le départ de Google

Google a pénétré le marché chinois en raison de l'énorme et manifeste potentiel de profit qu'il y a vu. Toutefois le principe de l'entreprise de Google est "ne pas faire de mal" , dès le début, en acceptant de censurer ses résultats, Google a donc fait un énorme compromis moral pour pénétrer le marché chinois.


Le retrait de Google n'était pas motivé par des «raisons purement commerciales" comme l'a prétendu la propagande du régime communiste. Au contraire, la croissance de Google en Chine ne connaissait pas d'entraves, les revenus de Google en Chine avaient plus que doublé. Pendant la crise financière de 2009, ses revenus avaient encore augmenté de plus de 50%.


Le 12 Janvier de cette année, Google a annoncé qu'il mettrait fin à son autocensure en Chine, en partie en réponse à ce qu'il a décrit comme une attaque électronique visant au piratage des courriels de dissidents chinois. Les attaques, bien sûr, ont été retracées jusqu'à des sources du PCC. Une autre attaque qui a été "extrêmement complexe et axée sur les systèmes internes de Google" s'est produite dans le mois. Bien que l'attaque ait été minimisée par Google, il paraît probable qu'elle venait de Chine et a conduit au "vol de la propriété intellectuelle de Google."


Pourquoi l'action du PCC contre Google

Le compromis de Google avec la Chine a été essentiellement une violation de la charte de l'entreprise. Le but ultime du PCC, toutefois, allait manifestement bien au-delà d'amener Google à compromettre ses principes. Apparemment, il avait des vues sur les données de Google et sa propriété intellectuelle.


D'un autre point de vue, à ce moment particulier de l'histoire, les enjeux sont plus élevés que jamais pour découvrir la vérité à propos du Falun Gong plutôt que d'être trompé par la propagande du PCC. L'action du PCC était à la fois un signe de son désespoir et de l'importance qu'il attache à la question.


Dès la sortie de Google de Chine, le co-fondateur de Google Sergey Brin a déclaré que de plus en plus de signes indiquaient que la Chine met en œuvre des actes de répression similaires à ceux qu'il a vu dans son pays natal, l'ex-Union soviétique. Ceci, dit-il, l'a aidé à prendre la décision de sortir Google de la Chine. Brin a fui l'Union soviétique avec ses parents à l'âge de 6 ans. Il a dit que le souvenir de cette époque – la police à sa porte et son père faisant face à l'antisémitisme encouragé par l'état – l'a convaincu qu'il était temps que Google abandonne sa politique de compromis avec le régime communiste chinois.


Ironiquement, lorsque Google a déménagé à Hong Kong et levé son blocus, les statistiques du trafic des moteurs de recherche en Chine au 23 mars ont montré que les visites de la page Google avaient dépassé Baidu pour la première fois .

Version chinoise disponible à :
http://www.minghui.org/mh/articles/2010/3/28/220581.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.