En Chine, un ancien nom patronymique fait face à l’extinction

Le caractère Shan ne peut pas être affiché ou imprimé par les ordinateurs, et ceux qui l'ont encore comme nom patronymique le changent peu à peu pour des noms alternatifs (The Epoch Times)

L'empiètement incessant de la technologie et la modernité sur l'ancien patrimoine de la Chine a récemment été illustré dans un village de la province du Shandong : un patronyme unique fait face à l'extinction parce qu'il ne peut pas être rentré dans les ordinateurs.

"Le nom de famille de nos ancêtres est très rare," a dit Xian Changyou du village de Gaozhuang, ville de Gaozhuang, province du Shandong, d'où le patronyme est issu et où il pourrait bien périr.

Le nom de famille (représenté sur la photo) se prononce Shan, avec un ton descendant puis montant, et remonte à la dynastie Tang.

“Deux cent personnes dans notre village ont du changer de nom de famille," a dit M. Xian au Qilu Evening News. Des quelques 3,500 villages dans le Gaozhuang, approximativement 200 avaient des gens portant le nom de famille de Shan.

L'un après l'autre, les possesseurs du nom ont du adopter un caractère chinois différent avec une prononciation similaire, juste pour traiter les questions quotidiennes de permis de conduire et d'enregistrements d'identité.

Le villageois Shen Haijian, par exemple, a un permis qui le signale seulement comme "Hajian,' parce que les ordinateurs ne peuvent pas prendre en compte son nom de famille. Il dit qu'il est fréquemment interrogé par la police, qui le soupçonne d'avoir un faux permis.

Les villageois ayant le nom de Shan ont aussi des difficultés lorsqu'ils inscrivent leurs enfants à l'école, font des demandes d'assurance, ouvrent un compte bancaire ou transfèrent de l'argent. "Pensez vous que les ordinateurs vous facilitent ou vous empoisonnent la vie ?" a demandé un villageois au journaliste du Qilu Evening News. Dans le passé, a-t-il fait remarquer, il pouvait écrire manuellement son nom de Shan, mais aujourd'hui il doit prendre un caractère différent sur l'ordinateur puis le faire authentifier au poste de police.

Dès 2003, les nouveaux nés dans le village ont tous reçu des noms de famille différents afin d'éviter les complications dans le futur. En 2006, lorsque la seconde génération des cartes d'identité ont été émises la police locale a suggéré que chacun change son nom de famille.

Perdre l'ancien patrimoine chinois

Bien que de nombreux villageois aient accepté de changer de noms, ils ont déploré cette perte. "Nous ne voulons pas perdre nos noms ancestraux de notre vie" a dit l'un d'eux. "Notre génération connaît encore le nom originel, mais nos enfant l'oublieront dans le futur."

La police a adopté une approche plus professionnelle. "Ce nom est très rare. Nos ordinateurs ne peuvent pas afficher le caractère," a dit un agent du commissariat de police de Gaozhuang au Evening News. "Ce serait difficile pour les villageois de s'immerger dans la société avec un nom pareil."

Pan Jianrong est le chef de l'Association de recherche sur la culture Heze et l'ancienne civilisation chinoise. Selon ses recherches, le nom de famille de Shan a été vraisemblablement créé par l'Empereur Tang Gaozong et conféré à un général durant la Dynastie Tang comme façon d'honorer la famille.

“Les caractères chinois contiennent l'ancienne culture chinoise," a remarqué M. Pan. "On ne peut pas simplement les annuler pour des questions techniques .”


Lire l'article original chinois.


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.