Cas de pratiquants de Falun Gong persécutés dans le canton de Ninghe, Tianjin

Des centaines de pratiquants de Falun Gong dans le canton de Ninghe, Tianjin, ont été condamnés et envoyés dans des camps de travail et les centres de lavage de cerveau. 3 sont morts suite à la torture, 28 ont écopé de peines de prison, 103 ont été envoyés dans des camps de travail et plus de 230 ont été détenus dans des centres de lavage de cerveau. Ce qui suit est un compte-rendu de la persécution subie par plusieurs pratiquants.

1. Mme Yue Jingnai

Mme Yue Jingnai est une habitante du village de Lianzhuang, district de Ninghe, Tianjin. Elle a été une fois détenue dans un camp de travail.

Tandis que Mme Yue était sur le chemin en direction de Lutai, autour de la période du 20 juillet 1999, une bande d'agents du commissariat du village de Lianzhuang, l'ont arrêtée avec d'autres. Ren Xiesheng chef du Parti du village a détenu Mme Yue et d'autres dans la cour du gouvernement du village. Tous ont été contraints de regarder des programmes télévisés calomniant Dafa.

Mme Yue a été arrêtée à Pékin quand elle est allée faire appel pour le Falun Gong, le 30 novembre 2000, et a été détenue au commissariat de police du village de Lianzhuang après avoir été ramenée. Deux policiers ont fouillé son domicile. Elle a été interrogée le soir-même et enfermée dans une cage avec un autre pratiquant

Le soir suivant, Mme Yue a été transférée au centre de détention du canton de Ninghe et détenue pendant 19 jours. Elle a été soumise à un an de travaux forcés et incarcérée au camp de travail pour femmes de Dagang. Durant son séjour là-bas, elle a non seulement été forcée de faire des travaux forcés, mais une gardienne nommée Luo Hong a forcé Mme Yue à se tenir debout, face à un mur, avec le corps courbé, étant parfois forcée de tenir cette posture jusqu'à sept heures d'affilée. Une autre gardienne nommée Guo Ling a constamment essayé de laver le cerveau des pratiquants en les forçant à lire des documents et regarder des vidéos calomniant Dafa.


2. M. Li Xiuzhong

M. Li Xiuzhong est un habitant du village de Lianzhuang. Le chef de Parti du village a prié M. Li et son épouse Cui Xiangyun à comparaître au poste de police en décembre 2000. Ils ont ensuite été détenus dans une grande salle de conférence avec des dizaines d'autres pratiquants.

Ren Xiusheng, chef du Parti du village de Lianzhuang, Yang Huijun, sous-chef du village et le chef du commissariat Wang Qizhong, ainsi que le policier Li Songling ont affiché du matériel diffamatoire et ont tenté de forcer les pratiquants à signer une déclaration de garantie rédigée par les bourreaux. Si les pratiquants refusaient de signer, on leur interdisait de rentrer chez eux. M. Li a refusé de signer, il a donc été enfermé dans la salle de conférence pour être soumis à un lavage de cerveau. Trois jours plus tard, le chef du commissariat de police Wang Qizhong a escorté M. Li au centre de détention du canton de Ninghe. Quinze jours plus tard, les gardiens ont extorqué 2'500 yuans à la famille de M. Li , puis l'ont libéré.

M. Li s'est rendu à Pékin pour faire appel le 6 janvier 2001. Les policiers du commissariat de police de Nanmen à Pékin l'ont arrêté et il a été ramené au commissariat de police du village de Lianzhuang le même jour. Ren Xiusheng, le chef de Parti du village et le sous-chef de village Yang Huijun, le chef du commissariat de police, Wang Qizhong, et les policiers Li Songling et Dong Zenglou l'ont battu à coups de pied. Ils ont forcé M. Li à s'agenouiller sur le sol recouvert de neige, l'ont menotté, puis enfermé dans une cage en métal pour toute une nuit. Le lendemain, les agresseurs l'ont transféré au centre de détention du canton de Ninghe où il a été détenu pendant plus d'un mois. Il a ensuite été soumis à trois ans de travaux forcés.

En 2001, M. Li a été emmené au camp de travail de Shuangkou à Tianjin. Pendant qu'il était là-bas, il a été forcé de rester debout avec un pied au sol, tandis que l'autre pied était soulevé à un demi-mètre de hauteur. S'il baissait la jambe d'une fraction, les gardiens incitaient les détenus à lui frapper le pied avec une matraque en bois. En été, il fut contraint de rester sous le soleil brûlant et il a été privé de l'utilisation des toilettes. Il a été obligé de faire 15 à 16 heures de travaux forcés par jour et parfois devait travailler toute la soirée. Quand il était à la division no2, le gardien He Jun l'a choqué avec des matraques électriques. Quand il était détenu à la division no1, le gardien Yang Zhiqiu a incité un détenu à battre sauvagement M. Li. Les gardiens Dong Xiu et Cheng Liwei ont utilisé des matraques électriques pour lui faire subir des électrochocs, ainsi que des matraques en caoutchouc pour le frapper cruellement, jusqu'à ce qu'il devienne incontinent et incapable de bouger.

Lorsque M. Li a été transféré dans une classe de lavage de cerveau dans la division no3 en décembre 2002, il a été forcé de regarder du matériel diffamatoire.

Trois ans plus tard, les policiers Yu Wenchuan et Zeng Guoxian ont arrêté M. Li chez lui à 5h du matin un jour de janvier 2005. Dès son arrivée au poste de police, le policier du canton de Ninghe, Yun Peigang et Du Mingyue, un agent du Bureau 610, ont fouillé M. Li, l'ont menotté et emmené au centre de détention du district de Ninghe, où il a été détenu pendant 30 jours, puis transféré dans un autre centre de détention pour 15 jours. Puis, il a été condamné à une peine d'un an de travaux forcés, transféré au camp de travail de Shuangkou et enfermé dans la division no3.

Le chef du centre de lavage de cerveau, Wu Mingxing, a ordonné aux détenus de battre et maltraiter M. Li verbalement. Il a été privé de sommeil et contraint de regarder des programmes télévisés diffamatoires. Le gardien Xu Peng a tenté de forcer M. Li à écrire les trois déclarations, une fois, au milieu de la nuit. Quand il a refusé, Xu Peng a incité les détenus à pousser M. Li sur un lit, le rouer de coups de pied et le battre. Il a enduré cinq côtes cassées.


3. Mme Li Suping

Mme Li Suping est une habitante du village de Lianzhuang, canton de Ninghe, Tianjin. Mme Li et un autre pratiquant se sont rendus au bureau du gouvernement du canton de Ninghe en août 1999, pour expliquer les faits sur la persécution et le Falun Dafa. Le chef du commissariat de police Wang Qizhong et le policier Dong Zenglou les ont illégalement arrêtés et détenus dans un bâtiment du village. Ren Xiusheng, le chef politique du village, et ses complices ont essayé de les forcer à écrire des déclarations de garantie pour dénoncer le Falun Gong.

Durant le séjour dans le bâtiment du village, les gardiens ont volontairement laissé les fenêtres et portes ouvertes, le soir, pour laisser entrer les moustiques. Mme Li y a été détenue pendant six jours.

Mme Li a été arrêtée pour la deuxième fois, en décembre 2000. Les policiers au commissariat où elle a été détenue ont essayé de la forcer à écrire les trois déclarations pour renoncer au Falun Gong, mais elle a refusé. Les persécuteurs l'ont emmenée dans le centre de détention du canton. Elle présentait des symptômes de maladies graves, ce qui lui a permis d'être libérée, mais seulement après que sa famille ait payé 1'000 yuans.

Mme Li et quelques pratiquants ont à nouveau été convoqués et sommés de se présenter au poste de police en janvier 2001. La police a essayé tous les jours de les forcer à écrire les « trois déclarations », mais ont essuyé un refus. C'est pourquoi ils ont emmené les pratiquants dans un centre de lavage de cerveau, où ils ont été détenus pendant deux mois.

Trois ans plus tard, Mme Li a été arrêtée dans la soirée du 28 mai 2004. Dong Zenglou et le nouveau chef du poste de police Wang ont participé à l'acte criminel. L'arrestation s'est produite alors que Mme Li affichait du matériel de Falun Gong. L'équipe de la sécurité intérieure l'a interrogée ainsi que d'autres pratiquants au commissariat de police. Les persécuteurs ont tenté de découvrir la source du matériel. Lorsque Mme Li a refusé de leur dire, Du Mingyue l'a giflée à trois reprises. Étant donné que les pratiquants ont refusé de coopérer, ils ont été enfermés dans le centre de détention du canton. Mme Li a été informée, un mois plus tard, qu'elle allait être transférée dans un camp de travail. Elle a entamé une grève de la faim de huit jours et a été gavée de force. Elle est restée au centre de détention pour trois mois supplémentaires et a finalement été emmenée au camp de travail Banqiao à Tianjin. Elle a reçu une peine de deux ans.

Les gardiens du camp de travail ont tenté de forcer Mme Li à « exposer et critiquer » le Falun Gong, diffamer Maître Li et Dafa, et écrire « des réponses personnelles », mais elle a refusé. À cause de cela, elle a été forcée de se tenir debout face à un mur de 5h à 23h. Par conséquent, ses jambes étaient enflées, mais elle a dû faire des travaux forcés. Les gardiens impliqués dans cette persécution sont Liu Chun Yan et Feng Jing.


4. Li Guangyuan et sa femme, Mo Weiqiu

M. Li Guangyuan et de sa femme, Mo Weiqiu, habitent le village de Lianzhuang. Ils ont été illégalement arrêtés et forcés de travailler durement et ont reçu des peines de prison à plusieurs reprises.

Les chefs de village Wang Yuguo et Wang Fengqun ont dit au couple de se présenter au gouvernement municipal en décembre 2000, pour parler. Wang Yuguo et Wang Fengqun leur ont ordonné de verser de l'argent et exigé qu'ils ne fassent plus appel pour le Falun Gong. M. Li a fermement refusé et a été détenu pendant six jours. Après cela, les chefs de police Wang Qizhong et Dong Zenglou les ont conduits au centre de détention du canton de Ninghe où ils ont été détenus pendant 15 jours. Une fois de plus, ils ont été libérés après que les membres de la famille aient payé aux fonctionnaires, 500 yuans pour M. Li et 1000 yuans pour Mme Mo.

M. Li s'est rendu à Pékin avec trois autres pratiquants le 6 janvier 2001 pour faire appel pour le Falun Gong. À Pékin, Wang Qizhong et Dong Zenglou du commissariat du village de Lianzhuang, et Yang Huijun du gouvernement municipal les ont roués de coups de pied et frappés, et les ont emmenés au poste de police. Ils ont été forcés de s'agenouiller sur le sol fraîchement recouvert de neige. Les persécuteurs ont confisqué à M. Li plus de 1'000 yuans en argent liquide. Les pratiquants ont été menottés et enfermés dans une cage métallique à l'intérieur du poste de police. Son domicile a été saccagé et les tricycles de la famille, d'une valeur de plus de 5'000 yuans, ont été confisqués. Sa famille a dû payer 2'000 yuans de rançon pour les récupérer. Cette fois, M. Li a été au centre de détention du canton de Ninghe plus de 20 jours.

Le 1er février 2001, les fonctionnaires ont condamné M. Li à une peine de trois ans de travaux forcés et l'ont transféré du centre de détention du canton au camp de travail de Shuangkou à Tianjin. Les détenus l'ont cruellement frappé dès le premier jour au camp de travail. Ils ont utilisé des matraques en bois et ont agi sous les ordres du chef de camp Dong Xiu. Le lendemain, le chef de camp Dong Xiu et un gardien nommé Shi Guang, le détenu Fan Zhigang et d'autres ont tenté de forcer M. Li à écrire les trois déclarations, mais en vain. Puis, ils l'ont forcé à plier son corps avec la tête touchant le mur. Shi Guang l'a alors frappé dans le dos avec une matraque en bois et avec son coude. L'une des côtes de M. Li a été tout de suite cassée, mais Fan Zhigang a continué à pousser de force contre les jambes de M. Li, avec ses genoux jusqu'à ce que M. Li ne puisse plus tenir debout.

Mme Mo a été convoquée par les responsables du village à comparaître pour un entretien dans le bâtiment du village, le 28 mars 2001. Au lieu d'une conversation, ils l'ont détenue dans un centre de lavage de cerveau et persécutée pendant quatre mois.

Certains policiers se sont rendus au domicile de M. Li en 2002 et ont confisqué une photo de Maître Li. Ils ont arrêté Mme Mo et l'ont interrogée au poste de police. Mme Mo s'est échappée du poste de police quand les policiers ne regardaient pas.

Quatre mois plus tard, Mme Mo a été arrêtée alors qu'elle se trouvait au domicile de sa mère dans la province du Guangxi, elle a été détenue dans un centre de détention du canton. Les policiers qui l'ont arrêtée étaient Pan Xiaoshan, Wang Conghua et Yu Wenchuan. Après 28 jours de détention, Mme Mo a mené une grève de la faim de cinq jours. Puis elle a été libérée, mais elle était surveillée 24h sur 24.

M. Li a été libéré du camp de travail en 2004, mais a été arrêté de nouveau six mois plus tard, pour avoir affiché le message « Falun Dafa est bon » avec sa femme. Le couple a été détenu au centre de détention du canton de Ninghe. Leur maison a été saccagée et les livres de Dafa et une imprimante ont été confisqués.

Pendant la détention, le couple a été interrogé à plusieurs reprises. Du Mingyue a giflé Mme Mo à trois reprises, ce qui lui a donné le vertige. Les fonctionnaires de la Cour du canton de Ninghe les a condamnés à une peine de quatre ans chacun. M. Li a ensuite été transféré à la prison du quartier no5 de la prison de Gangbei à Tianjin, le 23 mai 2004, après six mois dans le centre de détention.

Mme Lu a été emmenée à la prison pour femmes de Tianjin le 23 décembre 2004, où elle a été forcée de faire un travail de forçat, regarder des émissions télévisées diffamatoires et écrire des réponses au lavage de cerveau.

5. Mme Duan Yuling

Vers le 20 juillet 1999, les fonctionnaires du gouvernement du village de Liangzhuang ont détenu Mme Duan Yuling dans le bureau du village où les policiers l'ont interrogée, et ont essayé de la forcer à signer son nom. Parce qu'elle a refusé, on lui a interdit de rentrer chez elle et on l'a détenue dans une salle de conférence durant vingt-quatre heures.

Des agents du commissariat du village ont participé à sa capture et à son interrogatoire. Les policiers ont essayé de la forcer à signer son nom, mais Mme Duan refusait de coopérer, ce qui lui a valu une détention toute la nuit.

Un jour, pendant l'hiver, alors qu'ils ramassaient des poivrons, un message est venu de Ren Xiushen, le chef politique du village et de Wang Qizhong, le chef du commissariat, de venir au bureau du village. Quand ils lui ont demandé si elle pratiquait toujours le Falun Gong, Mme Duan a répondu par l'affirmative. Elle a été forcée de se tenir à l'extérieur du mur de la grande salle de conférence dans le bâtiment du village pendant une journée entière. Il neigeait et ses pieds ont gelé. Elle a été privée de nourriture et n'a pu utiliser les toilettes. Le soir, ses jambes étaient gelées et engourdies, et elle ne pouvait pas se pencher. Elle a été détenue pendant cinq jours dans l'enceinte du village et libérée seulement après qu'on lui ait extorqué 2'000 yuans. Malheureusement, à peine quelques jours plus tard, Mme Duan a été emmenée au centre de lavage de cerveau Dayu.

6. Mme Li Xiuqin

Mme Li est une habitante du village de Lianzhuang, canton de Ninghe. Les malfaiteurs allaient souvent harceler Mme Li. Un jour, le chef du village s'est présenté avec une foule de policiers, dont Ren Xiusheng, Li Weidong et Wang Jizhong, pour demander que Mme Li paye une amende de 1'000 yuans. Le policier Li Songling a ensuite emmené Mme Li au bureau du village et de là, l'a transférée au centre de lavage de cerveau de Dayu le lendemain.

On suppose que le persécuteur Yan Shurong a conduit Mme Li chez elle du centre de lavage de cerveau, une fois, la dupant en lui disant qu'ils l'emmenaient chez elle pour une visite parce que son fils était malade. Dès que Mme Li est sortie du véhicule, une personne avec une caméra vidéo a déclaré qu'il n'avait pu la filmer, alors qu'elle sortait de la voiture. Il s'est avéré que les malfaiteurs filmaient une fausse émission de télévision. Ils avaient même fait venir un médecin de l'hôpital, prétextant donner une perfusion à son fils. Ils ont fait un documentaire sur l'enregistrement vidéo pour montrer au public combien ils se préoccupaient des pratiquants. À une autre occasion, Yan Shurong a emmené quelqu'un de la chaîne de télévision centrale à la résidence de Mme Li pour enregistrer une autre fausse vidéo. Ils ont menti, en disant que Mme Li ne voulait pas communiquer avec sa famille après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong. Ils avaient tous les membres de sa famille dans la vidéo.

Le mari de Mme Li s'est rendu chez le chef du gouvernement municipal, Ren Xiusheng, exigeant le retour de l'argent extorqué. Ren a déclaré : « Nous avons dépensé l'argent pour la nourriture et les boissons. Il n'y a plus que 400 yuans pour vous. Bien que les autres nous ont versé de l'argent, ils n'ont pas demandé de le retourner. Vous pouvez aller de l'avant et nous poursuivre partout où vous voulez. »

Traduit de l'anglais au Canada

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.