Nos vies sont créées par Authenticité- Compassion-Tolérance: un professeur de collège, explore la voie (1ère partie)

Lily (nom d'emprunt) est un professeur d'université, d'âge moyen. Elle est en bonne santé. Son mari réussit bien professionnellement et son père et sa belle-mère sont des cadres supérieurs du Parti communiste chinois (PCC) à la retraite. Après avoir commencé à pratiquer Falun Dafa, elle a commencé à apprécier sa vie. Cependant, après le début de la persécution du Falun Gong en 1999, elle a été séparée par des milliers de kilomètres de ses proches pendant onze ans.

En automne 2010, Lily a été interviewee par un journaliste à New York.

Arrêtée et libérée sans raison

En été 1999, Lily a été arrêtée. Elle n'en connaissait pas la raison et les gens qui l'ont arrêtée ne lui ont pas non plus dit pourquoi.

En repensant à ce qui s'est passée il y a plus de dix ans, elle trouve que cet évènement a été et est toujours complètement absurde: "Quand je suis rentrée chez moi après avoir pratiquer les exercices de Falun Dfa j'ai trouvé des étrangers dans le hall. Alors que je m'approchais de l'ascenseur, huit policiers en civil m'ont arrêtée et m'ont demandée de les suivre. Je leur ai demandé de quoi il s'agissait. Ils ont dit ne pas savoir, qu'ils ne faisaient que suivre des ordres."

Lily a été emmenée dans un poste de police. Un chef de division lui a parlé mais il n'a pas pu lui donner la raison de son arrestation. Il a juste répété ce que les policiers avaient dit, il ne faisait que suivre les ordres.

Après avoir été détenue pendant 16 heures, un responsable du collège est venu la récupérer. Le secrétaire du parti du collège, le président du collège, deux vice-présidents, le secrétaire du parti départemental et un secrétaire d’une branche du parti l'attendaient dans une salle de conférence. Le secrétaire du parti du collège l'a reconnue et lui a demandé: "Vous êtes une bonne personne. Pourquoi vous ont-ils arrêtée?" Elle a répondu:" Je ne sais pas et eux non plus."

En fait, le Bureau de l'enseignement supérieur avait parlé au secrétaire du parti du collège et au vice-président au sujet d'un dirigeant de Falun Dafa dans le collège. Ils ont été surpris d'apprendre cela et encore plus en voyant Lily. La direction du collège lui a dit plus tard qu'il était de son devoir de coopérer avec eux. Elle a répondu:"Tout citoyen a des devoirs et des droits. Il est écrit dans la constitution que le citoyen a la liberté d'expression, la liberté de croyance et le droit de savoir. J'ai besoin de savoir pourquoi j'ai été arrêtée et pourquoi j'ai été libérée. C'est mon droit d'être traitée équitablement. "


La persécution se propage

J'ai émigré de la Chine il y a plus de dix ans. Aujourd'hui, les téléphones de mes proches sont sur écoute. Il y a deux sortes de persécution: une persécution complètement ouverte et l'autre cachée et perpétrée en secret. Dans mon département un enseignant a été arrêté et condamné à la prison, c'est la persécution ouverte. Ils surveillent les gens, organisent des réunions sans la présence des individus et vous font suivre des classes dans un hôtel à certaines occasions spéciales pour éviter que les gens vous voient. Quant aux récompenses et aux promotions, ils vous laissent dans l'obscurité, c'est la persécution cachée.

En Chine, les pratiquants qui travaillent dans des institutions font face à la fois aux deux sortes de persécution, ouvertes et cachées. Les membres de la famille d'un pratiquant font également face à une grande pression, parce que leur téléphone est sur écoute, ils sont surveillés et leurs maisons sont fouillées. Les visiteurs sont également surveillés et on peut leur demander de se faire enregistrer. Les enfants des pratiquants n'ont pas l'autorisation d'aller à l'école, car leurs parents ne sont pas politiquement corrects. Si un membre de la famille est un pratiquant, les adhérents du PCC questionnent tout le monde sur leur attitude vis-à-vis de Falun Dafa et peuvent les forcer à signer des papiers de renoncement. Cela forcera ainsi les membres de la famille à demander au pratiquant de renoncer à Falun Dafa pour éviter les problèmes, car la Chine pratique la culpabilité par association. De ce fait il ne s'agit pas seulement de persécution contre les pratiquants. C'est une façon d'enlever les pensées droites et la conscience des esprits du peuple chinois. Ces actions perverses des membres du PCC ne sont pas le seul fait des prisons et des centres de détention. On les voit partout dans la société et le pratiquant et sa famille sont constamment sous pression.

(à suivre)


Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.