Ma mère s’est engagée sur un chemin soutenant la justice et la conscience

Je viens juste d’être diplômé de l’université. Loin de chez moi, j’ai soudain reçu un appel téléphonique de ma famille, m’informant que le 19 juillet 2010, ma mère avait été illégalement arrêtée par la police du poste de Changqing, agglomération de Jiamusi, province de Heilongjiang.

La pratiquante de Falun Gong, Wang Lixin

Le nom de ma mère est Wang Lixin. Elle est très gentille et aide toujours les autres. Lorsqu’elle était jeune, on lui a diagnostiqué une septicémie, qui aboutit généralement à une leucémie. Les médecins ont affirmé que c’était incurable et qu’elle ne vivrait pas très longtemps. Elle a été hospitalisée pendant un certain temps, mais sa condition ne s’est pas améliorée, ainsi, elle est rentrée à la maison pour tenter de maintenir sa santé.

A l’automne 1997, un parent a présenté le Falun Gong à ma mère. Elle a lu Zhuan Falun, le principal écrit du Falun Gong, a commencé à suivre les principes d’Authenticité-Compassion-Tolérance, et sa santé a commencé à s’améliorer. Elle mentionne souvent que Maître Li lui a accordé une seconde vie.

Le régime communiste de Jiang Zemin a commencé à persécuter les pratiquants de Falun Gong, le 20 juillet 1999. Ma mère s’est rendue à Pékin à deux reprises pour faire appel en faveur du Falun Gong, espérant que le gouvernement entende les voix du peuple et cesse la persécution.

En 2002, une dizaine d’agents de police du poste de Changqing (un sous-poste de police du canton) ont soudain entouré notre domicile et l’ont fouillé. Ma mère a pu partir et ne pouvait plus rentrer à la maison. En conséquence, les agents venaient très souvent chez nous pour nous harceler et nous menacer, et nous ne pouvions plus vivre en paix. Notre boutique, qui était notre gagne-pain, a été aussi fermée. Mon père était à la fois bouleversé et anxieux de la situation. Il s’inquiétait aussi pour la sécurité de ma mère. A cette époque, mon père est tombé malade. Avec cette peur extrême constante, son esprit était sous une énorme pression et il était effrayé dés que quelqu’un frappait à la porte, lorsque le téléphone sonnait, ou lorsqu’il entendait des sirènes de police. Six mois et demi plus tard, il est décédé. A cette époque, notre situation est devenue encore plus difficile. La persécution du Falun Gong par le régime communiste chinois a totalement détruit ma famille.

Ma mère était effondrée par le décès de mon père mais elle est demeurée forte en dépit de tous ces malheurs. Dans le but de me permettre de poursuivre mes cours, elle a pris plusieurs emplois, dont vendeuse dans un magasin de vêtements, employée d’hôtel, employée dans un bus, nettoyeuse de rue et peintre. Elle a supporté tant de pression et de difficultés, et la vie était très difficile pour elle. Néanmoins, elle faisait calmement face à tout, parce qu’elle pratique Falun Gong et fait tout en accord avec les principes d’Authenticité-Compassion-Tolérance. Elle pense toujours d’abord aux autres et gère tout autour d’elle avec la gentillesse et la patience d’un pratiquant.

Lorsque ma mère était employée dans un bus, un jour, elle a dû demander à un groupe de passagers d’acheter des tickets. Cependant, non seulement, ces derniers ont refusé de payer, mais ils l’ont aussi insultée et battue. Beaucoup de ses cheveux ont été arrachés lors de l’incident et tout a été enregistré par la caméra vidéo du bus. Lorsque l’incident a été rapporté à la direction, ils ont demandé à ma mère d’aller à l’hôpital, mais elle a refusé. Un journaliste de la station radio des transports est venu chez nous pour un entretien avec elle et a demandé : " Nous avons entendu dire que vous ne vouliez pas aller à l’hôpital parce que vous ne vouliez pas leur prendre d’argent. Pourquoi ? " Sa réponse a été très brève : "J’ai la foi et Authenticité-Compassion-Tolérance dans le coeur. " Plus tard, les personnes qui avaient battu ma mère ont été remués par leur conscience et sont venus à la maison s’excuser. Ma mère leur a patiemment parlé et les a aussi informés à propos de la persécution du Falun Gong et sa propre expérience. Elle leur a souhaité à tous un bon futur. Ils étaient très reconnaissants après s’être entretenus avec ma mère.

Bien que j’aie perdu mon père, le soin méticuleux de ma mère à mon égard m’a fait sentir que j’étais aimé autant que les autres. Je me sens fier d’avoir une mère comme elle. Mais aussi gentille qu’elle soit, elle est toujours persécutée pour avoir parlé aux autres de la répression de Falun Gong. Lorsque j’ai entendu les nouvelles de son arrestation, j’ai immédiatement pris le train pour rentrer à la maison. On m’a alors annoncé que la police avait saccagé notre domicile alors que personne ne se trouvait à l’intérieur. Je me suis rendu au poste de police de Changqing pour m’entretenir avec le directeur et la personne en service, mais ils m’ont hurlé après, disant : " Ta mère a violé la loi en distribuant des imprimés. Elle veut renverser le Parti communiste et elle a aussi incité à la subversion du pouvoir d’état."

J’ai alors consulté un grand nombre d’informations juridiques et quelques avocats. Je suis devenu plus clair sur la question de Falun Gong, et le fait qu’il n’existe pas de loi qui rende illégale la pratique de Falun Gong. Ma mère n’a violé aucune loi et tous les imprimés qu’elle distribuait parlaient simplement aux gens des principes de Falun Gong. L’article 36 de la Constitution chinoise stipule : " Les citoyens de la République populaire de Chine bénéficient de la liberté de croire en n’importe quelle religion. " Les déclarations de la police selon lesquelles ma mère aurait violé la loi n’ont aucun fondement parce qu’ "aucune loi, règles administratives, ou règlement régional ne peut entrer en conflit avec la constitution. "Sur la question de Falun Gong, ces déclarations violent complètement le principe de la " liberté de religion " établi dans la constitution.

Falun Gong n’est persécuté qu’en Chine. Ma mère est maintenant détenue dans le centre de détention de Jiamusi et ma famille et moi avons décidé d’engager un avocat droit pour la défendre.

Il y a de nombreuses personnes innocentes qui sont simplement comme ma mère. Ils doivent être libérés et pouvoir retourner chez eux pour être prés de leurs familles. Tant que ce ne sera pas le cas, je continuerai à dénoncer la persécution perverse, et jusqu’à ce jour, je ne cesserai d’éveiller les consciences des gens. Je continuerais à m’adresser aux autorités à divers niveaux, demandant la libération de ma mère, de nous rendre justice, et me rendre une famille intacte.

Version chinoise disponible à :
http://minghui.ca/mh/articles/2010/10/9/230771.html

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.

Contacter les éditeurs :
chrisfym@fldf.be

Vous pouvez imprimer et faire circuler tous les articles publiés sur Clearharmony et leur contenu, mais veuillez ne pas omettre d'en citer la source.