Personnages historiques

  • Convaincre par la vertu

    À la fin de la Dynastie Han orientale, la terre de Chine était divisée en trois nations, Wei, Shu et Wu. L’empereur de la nation Shu, Liu Bei, laissa des instructions dans son testament avant de mourir demandant au Premier ministre Zhuge Liang d’envahir le nord et de revitaliser la nation Han. En ce temps là , Meng Huo mena les envahisseurs du Sud à envahir la nation Shu. Zhuge Liang ordonna immédiatement à l’armée de combattre les envahisseurs. Lorsque l’armée arriva dans le territoire du sud et combattit l’armée menée par Meng Huo, Zhuge Liang utilisa une stratégie faisant apparaître son armée comme vaincue ...
  • Les fondations légendaires de la civilisation chinoise : l’Empereur Shun

    En voyant que son propre fils, Dan Zhu, n’était pas moralement apte à lui succéder, l’empereur Yao se mit en quête d’hommes dignes auxquels il pourrait transmettre les lourdes responsabilités de la gouvernance. Yao rencontra quatre candidats différents, mais qui déclinèrent tous l’offre. Par bonheur, Si Yue, le dernier sage, recommanda un cinquième et ultime héritier. Il s’agissait de Yu Chonghua, un homme de classe modeste mais doté d’un caractère supérieur, et dont on se souviendrait après sa mort comme de l’empereur Shun.
  • Un récit authentique de rétribution : Yelu Chucai récompensé pour avoir évité un massacre

    Yelu Chucai était un descendant des Khitan et de la lignée impériale de la dynastie Liao. Il était bien instruit, maîtrisant en particulier les classiques du bouddhisme. En 1218, il rejoignit Genghis Khan et devint le chef de son secrétariat. Avant un déploiement militaire, Genghis Khan lui demandait d'exécuter la divination pour déterminer les succès et les échecs de la campagne. Ses prévisions étaient si souvent justes que Genghis Khan avait une immense confiance en lui ...
  • La clémence et l'austérité de l'empereur Kangxi

    " Les classiques confucéens, les documents historiques, les écrits philosophiques et les ouvrages divers peuvent se résumer en quatre mots : bienveillance, droiture, bienséance et sagesse. De tous les enseignements de l'école philosophique de Cheng-Zhu, l'essence n'est rien de plus que le cours de la nature et de la conscience ", a-t-il dit un jour. Ces principes guideront la conduite de Kangxi tout au long de sa vie ...
  • Le loyal général Yue Fei

    Le patriotisme dans la Chine ancienne avait une profonde connotation morale. Des empereurs aux citoyens ordinaires, ils mettaient l'accent sur l’auto-perfectionnement et contribuaient au développement du peuple et du pays, qui ensemble dessinaient les contours de la croyance traditionnelle chinoise en matière de patriotisme ...
  • Gong Sui : Un fonctionnaire connu pour sa loyauté, sa générosité et sa sagesse

    La dynastie Han fut l'une des périodes les plus glorieuses de l'histoire chinoise. Cet article est à propos de Gong Sui, un fonctionnaire de la dynastie Han qui était loyal et généreux. Grâce à sa sagesse, il pacifia les rébellions sans batailles ni même de soldats ...
  • L'histoire de Wen Tianxiang : loyauté et courage

    Tianxiang (1236-1283 apr. J.-C.) était un poète et un homme politique chinois dans les dernières années de la dynastie Song du Sud. Il est un symbole bien connu de patriotisme et de droiture pour avoir protégé la dynastie Song et refusé de céder après avoir été capturé par l'empereur Yuan, Kublai Khan
  • Leçons apprises de deux hauts fonctionnaires de la dynastie Tang

    L’empereur Taizong de la dynastie Tang est l'un des empereurs les plus célèbres de l'histoire chinoise. Il gardait au pavillon Lingyan les portraits de ses 24 fonctionnaires les plus accomplis afin de rendre hommage à leurs contributions, tant en matière de stratégie politique que de succès sur le champ de bataille ...
  • Han Xin : Le plus célèbre général de la dynastie Han

    Han Xin (?? – 196 av. J.C), un militaire au début de la dynastie Han, était originaire de Huaiyin en Chine (l’actuelle province de Jiangsu). Ses deux parents étaient morts alors qu’il était encore jeune. Il étudiait dur en dépit de sa pauvreté et devint familier avec les stratégies et les tactiques militaires ...
  • Un vertueux général de la Chine

    Le classique chinois L’Art de la Guerre définit ainsi un grand général : "l’habile combattant se place lui-même dans une position qui rend la défaite impossible, et ne manque pas le bon moment pour vaincre l’ennemi. " Li Jing, un général renommé, a aidé à établir la Dynastie Tang à travers des décennies d’exploits, maîtrisant les arts de la surprise, du juste moment, et saisissant l’opportunité ...
  • Jing Ke : L’homme qui tenta d’assassiner le premier empereur de la Chine

    À la fin du troisième siècle, l’état occidental chinois de Qin, dirigé par son roi impitoyable Ying Zheng, avait construit une machine de guerre imparable et se trouvait dans le processus de l’utiliser dans une série rapides de victoires qui écraseraient les obstacles ultimes entre lui et la domination sur « tout sous le ciel » c’est-à-dire, les six états restants qui constituaient la Chine féodale ...
  • Li Ma : Premier ministre taoïste des Tang

    Li Ma (722-789) servit fidèlement quatre empereurs de la dynastie Tang occupant une position importante à la Cour. Il se consacrait à aider les empereurs à vaincre les rebelles lorsque l'État était en crise, et disparaissait lorsque la Cour et l'État avaient atteint suffisamment de stabilité. Lorsque le Prince monta sur le trône, l'État fût en proie à des rébellions généralisées. Avec des fonctionnaires et des officiers militaires peu fiables, Li Ma fût appelé à la Cour et se vît offrir de siéger à côté de l'empereur à la Cour des affaires nationales. Li accepta, mais en gardant sa robe d'ermite ...
  • Liu Gongquan: grand maître de calligraphie et conseiller exemplaire

    . La force, la grâce et la structure impeccable de sa calligraphie, en firent un artiste éminent de l’histoire chinoise honoré par des générations de calligraphes. Quand on lui demandait ce qui faisait de lui un aussi bon calligraphe, il avait coutume de dire : “Le pinceau reflète le coeur. Si le coeur est droit, le pinceau le sera.” ...
  • Zhuang Zi : le plus grand patriarche du Taoïsme après Lao Zi

    Zhuang Zi(369—286 avant J.C), ou Chang Tse, comparait le fait d'échanger sa liberté pour un poste de haut fonctionnaire à une tortue divine vendant sa coquille pour être vénérée ...
  • Cao Cao, un ministre talentueux en des temps chaotiques

    Dans la foule des chefs militaires, Cao Cao se démarqua comme un politique rusé et un grand maître militaire avec une vision audacieuse. Il était aussi un brillant poète. Il reste cependant un personnage très controversé aux yeux des historiens chinois ...